L1 : Les footballeurs refusent de servir de cobayes

L1 : Les footballeurs refusent de servir de cobayes

Photo Icon Sport

Tandis que l'on évoque de plus en plus une reprise de la saison de foot à huis clos, les joueurs s'inquiètent des risques que cela engendre.

Tout le monde est d’accord là-dessus, en période de confinement un bon match de football en direct à la télévision serait un grand bonheur. Oui mais voilà, pour cela il faut des joueurs et ces derniers sont aussi susceptibles d’être des malades et de transmettre le coronavirus à leurs proches. C’est pourquoi l’UNFP reçoit de nombreux messages de footballeurs qui s’étonnent de l’empressement mis par les clubs afin de faire reprendre la saison de Ligue 1 coûte que coûte. Interrogé par L’Equipe, Sylvain Kastendeuch avoue être de plus en plus sollicité par des joueurs inquiets de la suite des événements et de ce possible retour à la compétition.

Pour le co-président du syndicat des joueurs, il est évident que même si le dialogue est établi avec le dirigeants du football français, la vigilance est énorme afin de ne pas accepter tout et n’importe quoi. « Nous recevons chaque jour des témoignages qui traduisent l'inquiétude voire la peur des joueurs. Ils voient dans la presse que des scénarios de reprise se profilent et ils sont très inquiets pour eux et pour leurs familles. Mardi, l'un d'eux, très énervé, m'a dit qu'il avait peur qu'on les prenne pour des cobayes ou qu'on prenne des risques inconsidérés avec eux. Un autre m'a dit qu'il préférait sacrifier sa carrière que mettre en danger sa santé et celle de ses proches. Je les ai rassurés en leur disant que leur santé était la priorité des instances dirigeantes. En tant que représentants des joueurs, nous sommes ouverts à tout, mais c'est clair que nous serons intraitables et très exigeants concernant leur sécurité et leur santé », explique l’ancien joueur, désormais aux commandes de l’UNFP. Autrement dit, avant même de parler d'un possible calendrier des compétitions, il faudra encadrer totalement cette reprise, le président de la FIFA ayant lui aussi fait savoir que la santé des joueurs passait avant la compétition.