L1 : La Chine veut copier le Qatar, quel fiasco !

L1 : La Chine veut copier le Qatar, quel fiasco !

Photo Icon Sport

Très vindicatif dans ce dossier chaud du football français, Daniel Riolo a mis les doigts sur le vrai problème lié au non-paiement de la deuxième échéance des droits TV par Médiapro.

Le groupe sino-espagnol entend renégocier le tarif des droits de retransmission en raison de la crise économique. Mais derrière, se cache une offre trop belle pour être vraie, un démarrage désastreux et un très mauvais investissement que le détenteur des droits ne peut pas assumer. Mais la LFP et les clubs de Ligue 1, qui ont signé les yeux fermés ce deal incroyable, ont leur part de responsabilités.

« Ils ont tous applaudi Roures, le boss de Mediapro, quand il a fait son grand discours mobilisateur. En transe, extatique, ils se sont vus riches, beaux et conquérants en Europe. "Ils", ce sont nos chers présidents de L1. Un comité de pilotage a préparé le mariage avec Mediapro. Ils étaient tous là: Eyraud, Aulas, Caïazzo, Rivère, Vasilyev, Chabane, Graille, Michy, Denisot, les gens de la LFP, Boy de la Tour, Quillot et Ficot et le cabinet Clifford Chance, cabinet d’avocats d’affaires internationales représenté par Yves Wehrli. Aujourd’hui pas un président ne répond. Ils refusent d’évoquer le sujet. Chacun est retourné compter ses sous dans son coin. Ca doit être ça le sens des responsabilités », a expliqué Daniel Riolo dans un édito sur RMC. Ensuite, le consultant est rentré dans le vif du sujet, et notamment le fiasco de Médiapro avec cette stratégie piquée au Qatar.

BeIN Sport dans le dur ? Même pas peur

« Les Chinois ont voulu copier le Qatar. Mettre du blé en Europe pour décrocher le Mondial 2030. Soft Power, ça s’appelle. BeIN Sport a beau perdre une tonne par an, ça ne leur a pas fait peur. Alors maintenant que peut-il se passer? Soit la Chine accepte de payer en envisageant que le produit devienne rentable, en se disant que même s’il y a des pertes, ça vaut quand même le coup dans la stratégie du Soft Power. Soit, fin de l’histoire, la Chine dit stop car tout cela est trop cher. La LFP organise alors un nouvel appel d’offre au plus vite et on tente de récupérer auprès de nouveaux diffuseurs une somme décente pour ne pas finir dans le caniveau », a prédit un Daniel Riolo qui voit très bien la Chine, derrière Médiapro et donc Téléfoot, décider de fermer définitivement le robinet et mettre le football français à genoux.