L1-L2 : Huis clos et jauge, la FFF fait une annonce forte !

L1-L2 : Huis clos et jauge, la FFF fait une annonce forte !

Photo Icon Sport

La Fédération Française de Football a précisé ce samedi comment les matches se joueront selon les zones sanitaires fixées par le gouvernement.

Depuis les annonces faites par Emmanuel Macron mercredi soir dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, on attendait de savoir concrètement comment les choses allaient se passer pour les matches de Ligue 1 et de Ligue 2. Ce samedi, la FFF a détaillé les mesures mises en places pour les rencontres de football en fonction des zones fixées dans chaque région de France. 

« Les équipes de ces championnats (Ligue 1, Ligue 2, D1 féminine, National, D1 Futsal) peuvent donc s’entraîner normalement sans restriction d’horaires. Elles peuvent également se déplacer librement sur le territoire pour participer aux matches (tout en remplissant les attestations dérogatoires).

Pour l’organisation des matches de ces compétitions dans les métropoles concernées par le couvre-feu :

- Jauge de 1 000 spectateurs pour les matches programmés à un horaire permettant un retour à domicile avant 21h00
- Huis-clos pour les matches ne le permettant pas. Les personnes concourant à l’organisation peuvent travailler et rentrer chez elles en étant munies d’une attestation dérogatoire.


INFORMATIONS POUR LES ZONES HORS COUVRE-FEU

Les mesures

pas de restriction sur les horaires des entraînements et des matches ;
utilisation de l’attestation dérogatoire pour rentrer dans une des métropoles concernées par le couvre-feu ;
transit autorisé dans des métropoles soumises au couvre-feu ;
règle d’occupation d’un siège sur deux ou groupe de 6 dans les stades ;
les personnes concourant à l’organisation des manifestations peuvent travailler et rentrer chez elles dans des métropoles soumises au couvre-feu en étant munies de l’attestation dérogatoire.

Les jauges

Jauge en fonction de la situation sanitaire du département (cf. carte ci-dessous mise à jour mardi 12 octobre) :
5 000 (ou plus si dérogation du préfet) en zone d’alerte ;
1 000 en zone d’alerte renforcé ;
1 000 en zone d’alerte maximale et en état d’urgence sanitaire si dérogation du préfet», précise la Fédération Française.