L1 : Des stades pleins en juillet, l'idée de la LFP qui fait hurler Aulas

L1 : Des stades pleins en juillet, l'idée de la LFP qui fait hurler Aulas

Photo Icon Sport

Ce lundi 22 juin débutera la phase 3 du déconfinement, celle permettant le retour complet et obligatoire à l’école, la réouverture de lieux de loisirs et de tous les types de commerces et de rassemblement dans toutes les régions.

Un dernier assouplissement qui suit la courbe de l’amélioration de la situation sanitaire en France. Si la reprise du football en compétition n’est bien évidemment pas concernée, les clubs professionnels reprennent l’entrainement en suivant un protocole spécial. En dehors des clubs concernés par les finales des Coupes nationales et la reprise de la Ligue des Champions, tout le monde prépare la reprise de la nouvelle saison 2020-2021, qui aura lieu le week-end du 22-23 août. A cette occasion, la LFP a fait savoir qu’elle avait travaillé et proposé à la ministre des sports deux hypothèses sur la présence du public dans les stades, afin d'éviter des tribunes vides pour lancer la saison.

« La première hypothèse évoque un protocole de reprise avec 100 % du public et des conditions sanitaires adaptées. La seconde concerne une jauge supérieure à la moitié de la capacité d'accueil du stade. Ce qui change entre les deux hypothèses, c'est la distanciation physique », a fait savoir la LFP auprès de L’Equipe. Pour le moment, la norme en vue jusqu’en septembre est l’interdiction de rassemblement de plus de 5000 personnes. Cette jauge pourrait être réévaluée courant juillet, et permettre aussi aux finales de coupes de se dérouler devant 20 ou 30.000 personnes. En attendant des stades pleins au mois de septembre ? Pour le moment, le ministère se veut très prudent à ce sujet et n’envisage pas de feu vert pour les capacités maximum d’accueil dans les stades. En tout cas, cette tendance a bien évidemment fait réagir Jean-Michel Aulas, qui aurait préféré voir 100 % des matchs se dérouler, plutôt que 100 % des spectateurs dans les stades au mois d’août. Le président de l’OL ne pouvait pas laisser passer ça.