Droits TV : La LFP et Canal+ supplient BeIN Sports

Droits TV : La LFP et Canal+ supplient BeIN Sports

La saison de Ligue 1 s’est terminée, et le fiasco financier total a été évité grâce à Canal+, qui a repris l’ensemble des matchs du championnat des mains de Médiapro.

Mais rapidement, Vincent Labrune et les diffuseurs se sont tournés vers les trois prochaines saisons, afin de trouver un accord qui permettra aux clubs professionnels de respirer financièrement. Canal+, qui ne compte pas conserver l’ensemble des matchs, a trouvé un « deal » qui satisfait tout le monde, récupérant l’affiche du dimanche soir et celle du samedi après-midi, soit les deux premiers choix, pour 370 ME par an. Pour le reste, il faut le dire, la LPF est bien embêtée. Refaire un appel d’offres prendrait un temps fou, et surtout le bide est possible sachant que les candidats sont très peu nombreux, et que Canal+ a raflé les meilleures affiches. Résultat, Vincent Labrune s’est rapprochée de BeIN Sports pour sauver la face.

L’ancien président de l’OM rêve de récupérer 200 ME avec l’ensemble des autres matchs, avec la création d’une chaine éditée par BeIN Sports. Le financement de ce média « 100 % Ligue 1 » serait effectué conjointement par Canal+ et BeIN, qui sont partenaires dans bien des domaines désormais, à 100 ME chacun, révèle L'Equipe ce jeudi. La chaine cryptée en a accepté l’augure, mais pas la chaine qatarie, qui refuse d’investir plus dans le football actuellement. Un refus ferme que personne ne comprend dans le football français, et qui met forcément à mal ce projet. Si cela devait persister, la LFP serait alors obligée de créer sa propre chaine pour diffuser les matchs à un prix modique (10 euros par mois), et avec des revenus qui seraient loin d’atteindre les 200 ME par saison. D’ici au 3 juin, date du prochain conseil d’administration, l’idée est donc de supplier littéralement BeIN Sports de lâcher ces fameux 100 ME, alors que les clubs ne savent pas encore à quoi vont ressembler les apports des droits TV pour la saison prochaine.