Cocaïne et boîte de nuit, une plainte déposée contre Daniel Riolo !

Cocaïne et boîte de nuit, une plainte déposée contre Daniel Riolo !

Icon Sport

Recevant Gérard Lopez sur la plateau de l'After Foot, Daniel Riolo a frappé fort et même très fort. Résultat, le journaliste fait l'objet d'une plainte.

Le journaliste vedette de RMC n’était pas d’humeur badine lorsque cette semaine il a reçu le propriétaire des Girondins de Bordeaux, à qui il a balancé ses quatre vérités en face à face. Mais Daniel Riolo s’est également attaqué à Admar Lopes, le directeur sportif du club qui devrait jouer en National 1 la saison prochaine. Ce dernier n’étant pas là, il n’a évidemment rien pu répondre aux accusations très graves proférées par le journaliste en direct à l’antenne : « Admar Lopes, soi-disant le grand expert dont les joueurs se foutent de sa gueule dans le vestiaire aujourd’hui (...) Vous avez nommé quelqu'un qui est nul, Admar Lopes a fait des recrutements bidons et qui s'affiche en public en train de taper de la coke dans les boîtes de nuit à Bordeaux et qui est vu, en plus aux yeux de tous. » Des propos qui ont immédiatement fait réagir le confrère de Daniel Riolo, lequel a même lancé un « houla Daniel… » histoire de faire comprendre que cela était allé trop loin.

Daniel Riolo et RMC vont devoir s'expliquer

Et forcément, du côté d’Admar Lopes, on n’a pas du tout apprécié les propos accusatoires du journaliste de RMC, le dirigeant bordelais faisant savoir via son avocat qu’il attaquait Daniel Riolo en justice et saisissait l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique, connu auparavant sous le nom de CSA. « Monsieur Admar Lopes conteste avec la plus grande fermeté les propos diffamatoires tenus le 12 juillet 2022 par Monsieur Daniel Riolo au cours de rémission, After Foot, diffusée par la radio RMC Sport. M.Admar Lopes a mandaté son avocat pour engager sans délai les procédures appropriées à l'encontre de M. Daniel Riolo et de la radio ayant diffusé ses propos. M.Admar Lopes a déjà saisi l’ARCOM (ex-CSA) de ces faits », précise le cabinet d’avocats désigné par le directeur sportif des Girondins de Bordeaux pour défendre ses intérêts.