« Air » Jordan Ayew crucifie l’OM au Vélodrome

« Air » Jordan Ayew crucifie l’OM au Vélodrome

Photo Icon Sport

Face à son ancienne équipe, Jordan Ayew a mis la misère à la défense de l’OM, se montrant décisif dans la spectaculaire victoire 3-5 de Lorient au Vélodrome. Les Olympiens concèdent leur quatrième défaite de rang, tandis que les Merlus sortent pour le moment de la zone rouge.

Après trois défaites de rang, si l’OM voulait encore marcher sur le podium de la Ligue 1, il fallait absolument s’imposer face à Lorient, et rester dans la course en attendant la réception de Monaco. Battus à domicile par Toulouse samedi dernier, les Merlus étaient eux au fond du trou et au bord de la relégation en cas de zéro pointé au Vélodrome. Mais les Bretons prenaient le match par le bon bout, et n’allaient pas le lâcher en première période. Sur une action parfaite, Philippoteaux était trouvé devant la surface. Sa remise en une touche pour Jordan Ayew permettait à l’ancien marseillais d’armer une demi-volée impeccable qui surprenait Mandanda (0-1, 9e). Lorient s’enflammait et cela payait. Sur l’action suivante, un coup-franc profond, J. Ayew et Morel étaient à la lutte, et le ballon revenait sur Bellugou, qui marquait de près de la tête (0-2, 13e). L’OM perdait ses moyens, et Dja Djédjé, visiblement diminué, cédait sa place à Romao (29e). Entre les deux équipes, c’était finalement Lorient qui était plus proche du troisième but, quelques contres semaient la panique dans une défense de l’OM aux abois, mais à 0-2, la bronca du Vélodrome à la pause était tout de même terrible. 

Comme prévu, en seconde période, l’OM affichait un visage bien plus convaincant, avec une énorme pression et une nette domination. Cela ne payait pas immédiatement dans le jeu, mais les coup-francs qui en débouchaient étaient un régal pour Payet. Après avoir servi Ocampos seul devant le but pour un raté incompréhensible de l’Argentin (53e), l’ancien lillois enroulait un coup-franc qui échouait sur le poteau, pour permettre à André Ayew de marquer d’une aile de pigeon sur la reprise (1-2, 58e). L’OM y croyait à fond et sur un nouveau coup-franc parfait de Payet, Morel n’avait plus qu’à placer sa tête pour égaliser à bout portant (2-2, 67e). On pensait les Olympiens réveillés, mais c’était sans compter sur une bourde défensive, avec une relance plein axe manquée de Nkoulou qui profitait à Philippoteaux, trop heureux de pouvoir slalomer et enchainer avec un tir croisé victorieux (2-3, 68e). Le match devenait démentiel, avec une nouvelle égalisation, cette fois signée Batshuayi d’une tête précise sur une très longue ouverture en profondeur de Romao (3-3, 76e). Mais Lorient repassait devant, grâce à une incroyable accélération côté gauche de Jordan Ayew, qui mystifiait tout le monde et déposait Nkoulou pour marquer du gauche en angle fermé (3-4, 84e). Lorient profitait de chaque espace et sur une combinaison parfaite, Autret filait au but pour marquer en deux temps devant un Mandanda totalement abattu (3-5, 86e).

Cette fois-ci, malgré une dernière énorme occasion pour Alessandrini (88e), l’OM rendait les armes avec cette incroyable défaite, signe d’une défense qui a baissé pavillon, même si Jordan Ayew a réalisé certainement le meilleur match de sa carrière au Vélodrome, lui qui n’avait que rarement été aussi inspiré et percutant lors de son passage à l’OM. En attendant, la formation phocéenne perd clairement pied dans la lutte pour le podium, tandis que Lorient souffle un bon coup, preuve qu’un calendrier démentiel n’est pas forcément rédhibitoire dans la lutte pour le maintien.