TV : Margot Dumont lance de graves accusations

TV : Margot Dumont lance de graves accusations

Icon Sport

Le documentaire réalisé par Marie Portolano sur Canal + a ravivé de douloureux souvenirs chez Margot Dumont, journaliste pour BeInSports.

Après avoir témoigné dans le documentaire de Marie Portolano, la journaliste de la chaîne sportive qatarie s’est de nouveau exprimée, cette fois sur l’antenne de BFM Lyon. Très concernée par la question des comportements sexistes dans le journalisme sportif, Margot Dumont avait notamment expliqué, dans ce documentaire, qu'à son arrivée chez BeInSports un journaliste lui avait demandé avec qui « elle avait couché » pour être là. Mais sur la chaîne locale du groupe BFM, celle qui a débuté sa carrière du côté de Lyon, a tenu des propos beaucoup plus accusateurs, notamment sur des faits intervenus lorsqu'elle était à Paris, mais avant qu'elle ne rejoigne BeInSports. 

« A me débuts à Lyon, j’étais entourée de personnes bienveillantes que ce soit à Lyon Capitale ou à l’OL TV. Ces personnes croyaient en moi et l’atmosphère n’était pas du tout polluée. Mais ce n’est pas une question de Lyon ou de Paris, mais plutôt de tomber au mauvais moment sur les mauvaises personnes (…) Quand je suis partie de Lyon et que je suis arrivée à Paris, là où je vis aujourd’hui, on est vulnérable, on est seule, on arrive dans ce milieu. On est une cible, une proie un peu plus facile, et là j’ai été victime de quelques agissements graves. Dont un dont je ne peux pas parler aujourd’hui car cela relève à la limite du pénal, c’est même du pénal. Il y en a qui n’ont aucune limite, même physique et c’est extrêmement grave (…) Lorsque l’on m’a dit que j’avais couché pour être à BeInSports, cela m’a fait mal, mais ce n’est pas propre au journalisme. Il y a plein de femmes qui ont connu cela dans plein de boîtes, quand ça vous arrive ça vous touche beaucoup (…) J’ai tout sacrifié pour faire mon métier et qu’on me dise cela, c’est triste », a expliqué Margot Dumont, qui a précisé par ailleurs qu'une association avait été montée afin de venir en aide aux femmes qui seraient victimes de ce genre d'agissements.