La « taxe Neymar » ne dribblera pas ses opposants

La « taxe Neymar » ne dribblera pas ses opposants

Photo Icon Sport

Très critiqué, le transfert de Neymar au Paris Saint-Germain fait toujours débat. Et pas seulement dans le monde du football.

Dans le domaine politique, le groupe UDI-Agir-Indépendants, choqué par les 222 M€ investis pour le Brésilien, a proposé une taxe à 5 % sur les transferts sportifs professionnels afin de financier le sport amateur. Un texte refusé par l'Assemblée nationale en commission des Affaires culturelles et de l'Education ce mercredi, mais que le député Michel Zumkeller continue de défendre.

« Les petits clubs sont soumis à des normes et des contraintes de plus en plus fortes, a-t-il expliqué à l’AFP. Vous vous sentez abandonné et un matin, vous ouvrez le journal et le PSG a acheté Neymar 222 millions euros... Et si on n'a pas les petits clubs, on n'a pas Mbappé. Quand on peut donner 15% à un agent qui va le placer je ne sais où, on peut donner 5% pour le foot amateur. » Hormis l’UDI-Agir-Indépendants, seule la France insoumise soutient ce texte surnommé la « taxe Neymar ».

Un projet loin de faire l’unanimité

Du côté de la République en Marche par exemple, on s’oppose catégoriquement à cette idée. « Si nous avons tous été choqués par le montant du transfert de Neymar, votre proposition comprend plus d'inconvénients que d'avantages. Cela pénaliserait les clubs français alors que l'économie du sport est européenne, voire mondiale », a répondu Cédric Roussel, rappelant que les clubs formateurs touchaient déjà un petit pourcentage sur les transferts. A priori, l’Assemblée nationale devrait refuser ce projet le 7 décembre prochain.