Croatie – Angleterre : Ça chauffe déjà

Croatie – Angleterre : Ça chauffe déjà
A deux jours du match, les déclarations fracassantes se succèdent, et le football anglais en prend pour son grade.

La polémique West Ham

La Croatie, qui avait éliminé l’Angleterre de la course à l’Euro 2006, a critiqué dimanche les rumeurs envoyant son sélectionneur, Slaven Bilic, à West Ham pour y être entraîneur. "C’est typique des Anglais. Que cette rumeur complètement inventée arrive à quelques jours de notre match à Zagreb est une façon d’essayer de déstabiliser notre équipe. Ce n’est pas la première fois que cela arrive avec eux, c’est décevant", s’est indigné  Vlatko Markovic, le président de la fédération croate. D’un autre côté, la pression monte avec les joueurs croates, qui ont mis la barre assez haute grâce à Vedran Corluka. Parmi les joueurs croates évoluant sur l’île, Corluka estime être bien placé pour prédire une victoire des siens. "Capello ne peut pas tout changer en un rien de temps, et nous avons désormais l’expérience des grands rendez-vous. Je serai surpris qu’ils terminent devant nous dans cette poule. En ce moment, nous sommes meilleurs et nous voulons le montrer mercredi à Zagreb", a promis le défenseur de Tottenham.

Capello déjà critiqué

Soutenu par les entraîneurs anglais, critiqué par les médias et les supporteurs, qui ont même sifflé leur propre équipe samedi face à l’Andorre, Fabio Capello est donc loin de faire l’unanimité. Même le sélectionneur andorran s’est permis de tacler son homologue. L’entraîneur italien s’est montré coupable d’avoir critiqué ses adversaires, qui ont continué à défendre même en étant menés 2-0. "J’ai envie de dire à M. Capello, que, si on inversait les postes de sélectionneur, l’Angleterre n’aurait pas gagné que 2-0. Mais ils ont joué d’une telle façon que même leur public les a sifflés. J’ai vu les médias anglais qui faisaient des blagues sur le fait que nos joueurs n’étaient pas des professionnels. Je pense que quand Andorre aura 11 joueurs pros, il battra l’Angleterre", s’est même enflammé David Rodrigo, le sélectionneur de la 186e équipe mondiale au classement FIFA. Il n’y a décidément plus de respect au Royaume de sa Majesté.


Guillaume Comte