CAN2015 : Platini se fâche avec l'Afrique

CAN2015 : Platini se fâche avec l'Afrique

Photo Icon Sport

Invité de BeInSports dimanche soir, Michel Platini avait été interrogé sur le maintien de la Coupe d’Afrique des Nations 2015 en raison des problèmes liés au virus Ebola. Le président de l’UEFA ne s’était pas défaussé et avait indiqué qu’il était indispensable que les instances médicales mondiales soient consultées dans ce dossier. Une réponse qui a fait bondir la Confédération Africaine de Football, laquelle a renvoyé Michel Platini à ses problèmes avec le football européen, demandant à ce dernier de s’occuper de ce qui le regardait.

« Dans une déclaration télévisée diffusée dimanche 19 octobre 2014 dans la soirée, le président de l’Union Européenne de Football Association (UEFA), Michel Platini, a cru nécessaire de se prononcer sur la question du maintien ou non aux dates prévues de la Coupe d’Afrique des Nations de football Orange, Maroc 2015.  La question fait débat et occupe certes l’espace public depuis quelques jours avec la demande de report formulée par le Royaume du Maroc en évoquant l’épidémie à virus Ebola (…) La Confédération Africaine de Football, sous le leadership de son président Issa Hayatou, a toujours favorisé la libre expression en son sein. Loin d’elle donc la prétention d’ôter à qui que ce soit la latitude de s’exprimer. Mais il faudrait se garder de ce qui apparait en tout point de vue comme une ingérence, par un président de Confédération, dans des affaires qui concernent d’abord et avant tout l’Afrique et la CAF. Au nom du principe de non-ingérence qu’elle s’astreint à respecter, La Confédération Africaine de Football s’est gardée jusqu’ici de se prononcer sur quelque acte de gestion du football européen ou de tout autre continent. Malgré les risques inhérents au conflit armé qui sévit en Ukraine, pays où un avion civil a été abattu faisant près de 300 morts, l’UEFA n’a pas jugé nécessaire d’exclure de ses compétitions les clubs ukrainiens ou de faire disputer les matchs dans un périmètre de sécurité en dehors de cette nation, au nom du principe de prudence perfidement évoqué dès lors qu’on parle de l’Afrique. La CAF tient par la présente à réaffirmer qu’elle attache du prix au respect de sa souveraineté et n’entend laisser qui que ce soit interférer dans la gestion de ses affaires », a balancé, dans un communiqué officiel, la Confédération Africaine de Football, visiblement très agacé des propos du patron de son homologue européen.

Mais l'affaire n'en est pas restée là, puisque ce mercredi soir, Michel Platini a réagi très vivement au communiqué de la CAF. « Je n'ai jamais interféré dans ces affaires. J'ai clairement dit à trois reprises que tout cela relevait de votre juridiction. Ceci étant dit, votre communiqué est basé sur de fausses informations. Je le considère comme injuste et même insultant. Votre communiqué me blesse. J'attends un retrait immédiat de ces allégations et des excuses formelles », a prévenu le président de l’UEFA, agacé de cette polémique.