Ita : Embrassades à Naples, l'OMS a honte

Ita : Embrassades à Naples, l'OMS a honte

Photo Icon Sport

Quelques jours après la reprise du football italien, le club de Naples a remporté la Coupe d’Italie 2020 contre la Juventus (0-0, 4-2 aux tirs au but).

Après avoir dominé l’Inter Milan en demi-finales, la formation napolitaine est finalement venue à bout de l'invincible Juve. Grâce aux penalties d’Insigne, Politano, Maksimović et Milik, le Napoli a dépoussiéré son palmarès, vierge depuis 2014 et son doublé Coupe d’Italie - Supercoupe d'Italie. Naples a donc écrit une page de son histoire en ce mois de juin, avec un Gennaro Gattuso aux manettes pour son premier trophée en tant qu'entraîneur. Un succès particulier intervenu après la crise sanitaire du Covid-19 qui n’a pas freiné la joie des supporters napolitains. Puisque mercredi soir, dans la foulée de la victoire de leur équipe, plusieurs centaines de personnes se sont réunies dans les rues de Naples pour fêter ce titre tous ensemble, comme avant, comme si de rien n’était. Des scènes de liesse qui ont particulièrement choqué Ranieri Guerra.

« Les supporters de Naples ? Des misérables. On ne peut pas se permettre ce genre d'attitudes en ce moment. Heureusement c'est arrivé à Naples, où les autorités ont pris des mesures fortes, et où le virus circule moins qu'ailleurs. Ça fait mal de voir ces images. Je me souviens combien le match de l'Atalanta, contre Valence en Ligue des Champions, a compté au début de l'épidémie en Lombardie dans la propagation des infections. Je ne voudrais pas que cela se répète encore. Le Comité Scientifique et Technique a tenté d'accepter les propositions de la Fédération afin de ne pas limiter entièrement le football, comme le suggéreraient la science et la conscience médicale », a balancé, sur la Rai, le directeur adjoint de l'Organisation Mondiale de la Santé, qui sait que ce genre de rassemblements, sans les gestes barrières, peut aider le virus à continuer à se propager même avec le déconfinement généralisé.