Scandale au Barça, Bartomeu fait sauter un premier fusible !

Scandale au Barça, Bartomeu fait sauter un premier fusible !

Photo Icon Sport

Désormais baptisé Barçagate en Espagne, le scandale qui vise l'actuel président du FC Barcelone connaît un premier rebondissement ce mardi.

24 heures après les révélations de la Cadena Ser sur l’existence d’un contrat signé par le président du FC Barcelone avec l3 Ventures, une société de communication qui a passé son temps à dénigrer des joueurs actuels et anciens du Barça, une première décision est tombée. Au cœur de la tempête, Josep Maria Bartomeu, qui est forcément attaqué de partout suite à ce scoop qui détruit son image, a décidé de rompre le contrat qui liait le FC Barcelone avec l3 Ventures. Une décision que le président du club catalan a justifiée.

Car pour Josep Maria Bartomeu, cette histoire, d’abord qualifiée de fictive, a pris de l’ampleur, la Cadena Ser apportant des preuves des agissements de l’entreprise de communication soupçonnée de vouloir nuire à ceux qui s’opposent à la réélection de Bartomeu. « Le Barça n'a jamais engagé de service pour discréditer qui que ce soit. Ni un joueur, ni un ancien joueur, ni aucun politicien, manager, président ou ancien président. C'est carrément faux. Nous nous défendrons si nécessaire dans ce dossier, par tous les moyens et devant tous ceux qui nous accusent de ces pratiques (...) Oui, il est vrai qu'à la fin de 2017, le Barça a signé des contrats avec des sociétés pour veiller sur les réseaux sociaux comme la grande majorité des clubs l'ont fait. C'est certain. Après avoir obtenu la confirmation que l'un des comptes liés à l'une des ces sociétés a fait des commentaires inappropriés à l'égard de personnes liées à notre organisation, ce matin, nous avons demandé, personnellement, de résilier le contrat avec cette société », a indiqué le patron du FC Barcelone. Autrement dit, le contrat liant le Barça à l3 Ventures a été résilié et Josep Maria Bartomeu va faire porter le chapeau de ces messages à cette entreprise et à elle seule. Reste que ce que l’on appelle désormais le Barçagate pourrait bien connaître d’autres rebondissements et que cette fois le boss du géant catalan doive assumer ses responsabilités.