Esp : Est-il possible de ne pas aimer Benzema ?

Esp : Est-il possible de ne pas aimer Benzema ?

Photo Icon Sport

Entre l’Olympique Lyonnais (2005-2009) et le Real Madrid (depuis 2009), Karim Benzema est en train de réaliser une énorme carrière. Surtout qu’il continue à battre de jolis records.

Sous les ordres de Zinedine Zidane, Karim Benzema est toujours aussi efficace. Mercredi, lors de la très large victoire du Real Madrid contre Galatasaray en Ligue des Champions (6-0), l’attaquant de 31 ans a marqué un doublé tout en délivrant une passe décisive pour Rodrygo. Grâce à ses deux nouvelles réalisations sur la scène européenne, le Français a atteint la barre des 50 buts en C1. Avec cette marque, KB9 a dépassé Alfredo Di Stefano pour se hisser derrière Cristiano Ronaldo et Raul, les deux meilleurs scoreurs de la Maison Blanche en Coupe d’Europe. En rentrant encore un peu plus dans la légende du Real, Benzema a fini de convaincre Christophe Dugarry.

« C’est l’occasion de remettre un coup de projecteur sur Benzema. Vous me dites que je l’adore, d’accord, mais est-ce qu’un passionné de football peut ne pas aimer ce joueur-là ? Le joueur n’est pas critiquable. Il sait tout faire. Tu peux lui reprocher de ne pas avoir l’âme d’un buteur, mais ça fait aussi partie de ses caractéristiques. Il n’est pas obsédé par le but, mais il fait marquer ses coéquipiers. Cette association avec Ronaldo a été magique pendant des années. Je suis ravi que ce garçon soit récompensé, il a souffert tout au long de sa carrière d’une image pas forcément bonne alors qu’il y a probablement plus un problème d’incompréhension qu’autre chose, même s’il a commis des erreurs. Ce garçon me laissera un regret, c’est qu’il avait pour moi largement le potentiel pour être un Ballon d’Or. Il est tellement moderne, c’est très rare d’avoir une telle palette. Après, je pense qu’il est ravi de sa carrière au Real, ça a compensé ses non-sélections depuis son clash avec Deschamps. À chaque fois que je le regarde au Real, je le regarde avec un intérêt particulier, parce que je sais qu’il va se passer des choses. Ses statistiques parlent. Chapeau à lui », a lancé, sur RMC, le champion du monde 98, qui ne comprend pas pourquoi l’équipe de France a zappé l’un des meilleurs buteurs de son histoire pour faire de la place à Olivier Giroud...