PL : Man City gagne de l'argent, Javier Tebas en larmes

PL : Man City gagne de l'argent, Javier Tebas en larmes

Souvent critiqué pour sa politique, Manchester City a donné la meilleure des réponses. Le club mancunien a annoncé un résultat financier positif pour l’année dernière. Soit le meilleur bilan de l’histoire des Citizens.

Si le Paris Saint-Germain récolte la majeure partie des critiques, Manchester City n’est pas non plus épargné. Le pensionnaire de Premier League a également dépensé sans compter pour se bâtir un effectif de rêve ces dernières années. Ce n’est pas un hasard si le champion d’Angleterre s’est retrouvé dans le viseur de l’UEFA et de son fair-play financier. Mais aussi dans celui de Javier Tebas, le président de la Liga toujours prêt à critiquer les clubs-Etats. Les détracteurs de Manchester City seront peut-être surpris en prenant connaissance du bilan annuel de Manchester City.

En effet, avec des revenus annoncés à environ 703 millions d’euros, et un bénéfice estimé à 48 millions d’euros, les Mancuniens ont enregistré la meilleure année financière de leur histoire ! Le club a notamment été aidé par son titre en Premier League, sa demi-finale de Ligue des Champions et la baisse de sa masse salariale, avant l’arrivée d’Erling Haaland pas encore prise en compte. Une grande fierté pour le président Khaldoon Al Mubarak. « Notre détermination à placer la pandémie derrière nous a aidé nos talentueux dirigeants à réaliser la meilleure année financière de notre histoire », s’est réjoui le dirigeant émirati.

La fierté de Man City

« Les meilleurs joueurs au monde font de Manchester City leur destination. Nos échanges de joueurs ont été réalisés avec habileté et avec des résultats positifs. Et nos partenaires commerciaux continuent de se développer et de s'expandre. Le football ne s'arrête pas et d'autres clubs continuent d'évoluer et de se développer. Nous devons donc constamment nous remettre en question et tenter d'améliorer ce que nous avons réussi. Cela signifie innover davantage à Manchester et au-delà », a expliqué Khaldoon Al Mubarak histoire de narguer les sceptiques.