ASSE : Saint-Etienne vendu, Romeyer a grillé l’arnaque

ASSE : Saint-Etienne vendu, Romeyer a grillé l’arnaque

Photo Icon Sport

Régulièrement évoquée, la vente de Saint-Etienne n’est qu’un mirage pour les supporters de l’ASSE, lassés de la situation actuelle de leur club.

Ces dernières années, la situation aurait pu évoluer, Roland Romeyer ayant été approché par plusieurs fonds d’investissement. Avant de racheter les Girondins de Bordeaux, King Street avait notamment toqué à la porte des deux présidents de l’ASSE. Mais selon Bernard Lions, interrogé à ce sujet par Girondins4Ever, Roland Romeyer et Bernard Caïazzo ont refusé la proposition de rachat des dirigeants du fonds de pension américain. Au vu de la situation actuelle de Bordeaux et de Saint-Etienne, difficile de savoir s’ils ont eu le nez creux ou pas…

« Les fonds de pension par définition, ce sont des fonds d’investissement qui tablent leurs réussites sur un retour sur investissement assez rapide. Ils n’ont pas choisi les Girondins de Bordeaux par amour, mais par opportunité économique. Je sais que King Street était d’abord venu démarcher l’AS Saint-Etienne. Le président Romeyer avait rencontré les représentants de King Street dans un hôtel à Lyon, six mois avant le rachat des Girondins de Bordeaux. L’ASSE n’avait pas senti le truc, justement parce que c’était un fonds de pension » a expliqué le correspondant permanent de L’Equipe à Saint-Etienne. Une chose est certaine, King Street n’est pas venu à Bordeaux pour investir massivement et pour faire passer un cap aux Girondins. C’est sans doute pourquoi Bernard Caïazzo et Roland Romeyer, qui souhaitent certainement céder le club à un investisseur ambitieux sur le plan sportif, ont refusé les avances du fond d’investissement américain.