ASSE : Romeyer inquiet par un Chaudron qui se vide, il égratigne le PSG

ASSE : Romeyer inquiet par un Chaudron qui se vide, il égratigne le PSG

Photo Icon Sport

Comme la plupart des clubs de Ligue 1, l'AS Saint-Etienne constate une nette baisse des affluences en ce début de saison, et forcément cela inquiète les dirigeants des Verts. Lors d'une réunion informelle avec des supporters de la section parisienne de l'ASSE, à laquelle a assisté nos confrères du site Poteaux Carrés, Roland Romeyer a reconnu que ce sujet l'interpellait et qu'il constatait différents problèmes pour justifier cette désaffection du public à Geoffroy-Guichard.

« Le stade est grand. Comme dans la plupart des stades, il y a beaucoup moins de supporters cette année. La saison passée on a tourné à 32 000 spectateurs de moyenne, cette année on est en-dessous (..) Y’a plusieurs explications à la baisse de fréquentation. Il y a les frais de transport et tout un tas de choses. On a des supporters de partout, c'est pas évident ! Deuxièmement, au niveau économique, ça coûte très cher de se déplacer. Après, il y a eu aussi tous ces évènements. Les gens disent qu'il va encore se passer quelque chose, il y en a qui ont peur. La programmation des matches aussi est un autre facteur très important. Même nous on ne sait même pas quand est-ce qu'on va jouer, on le sait 15 jours avant ! Cette année on va encore jouer beaucoup de matches le dimanche. Le dimanche, comment vous faites pour aller au match ? Les gars, ils vont au boulot le lendemain ! Y'a aussi la télévision qui diffuse tous les matches. Y'a des gars qui disent : "on va rester, on va regarder le match en buvant un coup avec les copains." Y'a plein de facteurs qui font que ce sera compliqué de remplir des stades de 40.000 places. A part le Parc, parce qu'ils ont de la chance d'être dans la capitale où il y a de l'argent. Mais bon, qu'est-ce qu'il y a comme ambiance là-bas ? Pas grand-chose ! Là-bas, à la limite, si vous voulez aller au match, vous prenez un nœud papillon et vous restez assis bien droit sans bouger », a confié le président de l’AS Saint-Etienne, histoire de détendre l’atmosphère.