ASSE : Puel impose un dernier supplice à Loïc Perrin

ASSE :  Puel impose un dernier supplice à Loïc Perrin

Photo Icon Sport

En fin de contrat à l'AS Saint-Etienne, Loïc Perrin ne sait pas encore si son club de toujours lui proposera une année de plus. C'est Claude Puel qui a la réponse.

Joueur le plus emblématique de l’AS Saint-Etienne, où il aura fait toute sa carrière professionnelle, Loïc Perrin n’aura peut-être pas la fin qu’il espérait chez les Verts. Le défenseur de 34 ans pensait en effet tirer sa révérence à l'issue de l’actuelle saison, son contrat s’achevant, la finale de la Coupe de France face au PSG pouvant être le point d’orgue de carrière stéphanoise. Mais l’épidémie de coronavirus est passée par là, et Loïc Perrin risque bien de ne plus jamais rejouer en compétition sous le maillot de l’ASSE. Alors, pour réussir sa sortie, le défenseur espère se voir proposer une saison supplémentaire, quitte à faire des sacrifices financiers afin de coller à la réalité des finances stéphanoises. L’idée de voir son emblématique capitaine faire une année de plus a été validée par Roland Romeyer, mais le co-président de l’AS Saint-Etienne n’a rien signé afin de ne pas imposer son choix de cœur à Claude Puel.

Car du côté de l’entraîneur des Verts, on n’est pas réellement emballé par cette idée de conserver Loïc Perrin une saison de plus. Et selon L’Equipe, Claude Puel n’est pas convaincu que physiquement le défenseur de 34 ans tiendra le choc, notamment en raison d’un genou droit récalcitrant. Le quotidien sportif précise que les deux hommes se sont rencontrés et ont évoqué ce sujet, le coach de l’AS Saint-Etienne rappelant à son capitaine que cette prolongation n’avait jamais été évoquée avant ces dernières semaines. Et Claude Puel de dire à son joueur qu’il ne voulait pas répondre aussi rapidement, préférant se laisser un peu de temps avant de faire un choix définitif. Loïc Perrin est donc dans l’attente d’une décision de Claude Puel et des dirigeants stéphanois, sa fin de contrat se rapprochant de jour en jour.