ASSE : Patrick Guillou refait le portrait des présidents

ASSE : Patrick Guillou refait le portrait des présidents

Icon Sport

Dans un communiqué intitulé « Trop c’est trop », la direction de l’ASSE a repris Bernard Lions de volée la semaine dernière.

Le club forézien a dénoncé des « tentatives de déstabilisation qui se succèdent au moment précis où le club est confronté à des enjeux économiques et sportifs majeurs », faisant allusion à la parution du livre du journaliste de L’Equipe. Cette communication de Bernard Caïazzo et de Roland Romeyer a beaucoup fait tousser chez les supporters… mais pas seulement. Dans un édito publié par Le Progrès, l’ancien joueur stéphanois Patrick Guillou a dézingué cette communication de l’ASSE, qui remet clairement en cause la liberté de la presse selon lui.

« Désormais, tout doit être lisse, contrôlé et sans aspérité. Pour autant, le foot à l’ASSE doit respirer et transpirer la passion. Trop, c’est trop ! Alors, pour éviter les éventuelles poursuites judiciaires, de ne pas être taxé de complotiste, les épistoliers rangent leurs plumes piquantes. Trop, c’est trop (…) Des questions s’imposent à l’ASSE : Seul le manager général pourra y répondre. Les joueurs en fin de contrat seront-ils prolongés ? Les joueurs prêtés seront-ils conservés ? Les contrats de jeunes pousses sont-ils blindés ? Qui sera le prochain gardien de Saint-Etienne ? Le staff technique sera-t-il le même ? Quel rôle pour Loïc Perrin ? Gouverner c’est prévoir. A force de chercher une fuite de gaz avec un briquet, à force de vouloir éteindre un incendie avec une pompe à essence, les grands mandarins peuvent parfois se transformer en petites mandarines » a publié le consultant de BeInSports, révolté par la direction de l’ASSE et visiblement très inquiet pour l’avenir sportif des Verts. Fort heureusement, cet avenir devrait s’écrire en Ligue 1 grâce au succès stéphanois sur la pelouse d’Angers samedi en début d’après-midi grâce à un but de Wahbi Khazri. C’est un moindre mal…