ASSE : Eric et Ramzy à Saint-Etienne, le roc Cissé ridiculisé

ASSE : Eric et Ramzy à Saint-Etienne, le roc Cissé ridiculisé

Icon Sport

Titulaire face à Sochaux en 32e de finale de la Coupe de France jeudi soir (1-0), Pape Cissé a commis une bourde monumentale.

Prêté par l’Olympiakos avec une option d’achat à 13 ME, le défenseur de 25 ans a coûté la victoire à Saint-Etienne, dont les autres joueurs n’ont rien fait pour lui sauver la mise. Les débuts du Sénégalais chez les Verts sont délicats, et ce n’est pas la presse régionale qui va lui remonter le morale. Dans ses colonnes, Le Progrès est plutôt d’humeur badine avec Pape Cissé, plus gros flop de la partie du côté de l’AS Saint-Etienne. Le journal n’est pas en reste concernant Ryad Boudebouz, de retour sur les terres de son début de carrière prometteur mais qui n’a pas pesé sur cette rencontre.

« Face à Bédia, le défenseur stéphanois était probablement d'humeur nostalgique au coup d'envoi et avait des envies de reconstituer le duo comique Judor-Bédia, plus connu sous le nom d'Eric et Ramzy. Seulement, à la fin, un seul des deux avait le sourire pendant que les Verts riaient jaune. A l'instar du divin chauve de la série H, Pape Cissé s'est montré drôle bien malgré lui. En tentant de dribbler l'attaquant sochalien, il s'est pris les pieds dans le tapis et lui a offert le seul but de la partie sur un plateau. Ce sera sa seule erreur de la partie, mais quelle erreur ! » indique le journal au sujet de Pape Cissé avant de régler le cas de Ryad Boudebouz.

« Pourtant de retour sur les terres de son adolescence, Ryad Boudebouz n'a pas fait de cure de jouvence dans le Doubs. Titulaire dans un rôle de soutien à Charles Abi, aligné seul en pointe, le meneur de jeu stéphanois n'a jamais rempli cette fonction au cours de la rencontre. Décrochant en retrait pour faire circuler le ballon, il n'a apporté aucun décalage. Avec la liberté de venir au cœur du jeu, l'Algérien n'a même pas touché cinquante ballons, alors que sa zone d'influence est restée cantonnée au côté droit. Perdant un quart des ballons qu'il a joué, il n'a pas permis de déstabiliser le bloc bas sochalien » peut-on lire. On l’a bien compris, l’ambiance n’est pas à la fête à Saint-Etienne…