ASSE : Caïazzo paye cher, et ce n'est pas pour Cristiano Ronaldo

ASSE : Caïazzo paye cher, et ce n'est pas pour Cristiano Ronaldo

Icon Sport

A l’instar de tous les clubs professionnels de la planète, Saint-Etienne est directement impacté par la crise du coronavirus.

A moyen terme, l’ASSE envisage de rétablir le salary-cap que Bernard Caïazzo et Roland Romeyer avaient instauré à l’époque où Christophe Galtier était à la tête de l’équipe. Pour les dirigeants stéphanois, il est impératif de mieux maîtriser les dépenses du club afin de ne pas se retrouver dans le rouge à la première tempête venue. Président du syndicat Première Ligue, Bernard Caïazzo a également pointé du doigt les transferts délirants qui ont vu le jour à travers le monde depuis quelques années. Le président du conseil de surveillance de l’ASSE appelle à redevenir raisonnable au plus vite…

« Quatre Lionel Messi, quatre Cristiano Ronaldo. Ce n'est pas pensable d'arriver à faire ça ! Cela ne sert à rien d'injecter plus d'argent dans le système » a indiqué Bernard Caïazzo, interrogé par le média allemand SWR, avant de poursuivre. « De même que ce n'est pas en mettant beaucoup d'argent dans une école de peinture que vous allez sortir cinq Picasso. Le talent, c'est rare. On paye tout simplement plus cher des joueurs moyens ». Reste maintenant à voir si la crise financière colossale qui a frappé l’écosystème du football en raison de la pandémie de Covid-19 incitera les clubs à redevenir raisonnable dans les années à venir. C’est grandement souhaitable, notamment pour le football français, qui a subi une crise supplémentaire par rapport à ses voisins européens avec la défaillance du principale diffuseur du championnat, à savoir Mediapro.