ASSE : Bouanga réclame des punitions et vite

ASSE : Bouanga réclame des punitions et vite

Icon Sport

Vendredi, le journal L’Equipe racontait que Denis Bouanga avait été victime d’insultes racistes de la part de certains supporters de l’ASSE.

Dans une vidéo directement envoyée à Denis Bouanga, certains membres des Magics Fans ont tenu des propos odieux à l’encontre de l’attaquant gabonais de Saint-Etienne. « Sale négro », « l'ASSE est un club de race blanche », « Chalalalala, rentre chez toi ! » a pu entendre l’ancien buteur de Nîmes, qui a immédiatement montré cette vidéo aux dirigeants de l’ASSE. Ceux-ci ont porté plainte contre X et Claude Puel s’est vite ému de cette polémique embarrassante. « Il n’est pas question de faire un amalgame avec nos supporters qui ne représentent pas cet acte-là. Les choses ont été dites et faîtes. Ça touche le joueur, ses coéquipiers, le staff et le club » a fait savoir le manager de Saint-Etienne.

Aucun « esprit de vengeance », mais…

Après le succès des Verts contre Bordeaux en Ligue 1, Denis Bouanga a réagi pour la première fois aux insultes dont il a été victime à travers un message publié sur Instagram. « La race ? Quelle race ? Nous sommes des êtres humains : ce fruit de la tolérance, de la bienveillance, de l’amour Je n’ai aucun esprit de vengeance mais pour dire stop, pour mettre fin à ces messages haineux, faut que la sanction soit exemplaire ! Ne rien faire serait une forme de renoncement. Agir, sanctionner sévèrement est utile, utile pour tous. Enfin, focus sur cette fin de saison : pleinement concentré car au-delà du football, nous avons tous le cœur vert, ce fameux cœur qui n’est que tolérance, amour, respect et bienveillance. Que vive la tolérance, que vive le métissage, que vive la vie. Encore merci » a publié Denis Bouanga, qui n’est pas dans un état d’esprit de vengeance absolu mais qui réclame tout de même des sanctions exemplaires pour les fauteurs de trouble, en toute logique.