ASSE : Battles viré dans 180 minutes, sa succession se prépare

ASSE : Battles viré dans 180 minutes, sa succession se prépare

Icon Sport

Vingtième de Ligue 2, Saint-Etienne est dans une situation plus que précaire et n’exclut pas de se séparer de Laurent Battles.

La saison de Ligue 2 vire au cauchemar pour l’AS Saint-Etienne. Dernier du championnat avec seulement 12 points, le club stéphanois vit une crise qui pourrait couter sa place à Laurent Battles. En place depuis le début de la saison, l’ancien joueur de l’Olympique de Marseille est plus menacé que jamais. Selon les informations de l’Equipe, Roland Romeyer réfléchit depuis plusieurs semaines à une alternative à Laurent Battles. Ouvertement, il continue de faire confiance au coach des Verts mais en privé, le président de l’ASSE a de plus en plus de doutes. Avant le Mondial, Roland Romeyer avait ouvert la porte à un départ de Battles mais le triumvirat stéphanois s'y était opposé. Jean-François Soucasse, président-exécutif, Loïc Perrin, coordinateur sportif, et Samuel Rustem, directeur général adjoint en charge des activités sportives, continuent de faire bloc derrière Laurent Battles.

Laurent Battles en grand danger 

Malgré cela, l’entraîneur de l’ASSE reste très menacé. Et pour cause, l’influence et la crédibilité des trois dirigeants de stéphanois s’effrite au fil des mois et des mauvais résultats. Les deux derniers matchs de la phase aller contre Laval et Niort seront décisifs pour l’avenir de Laurent Battles, qui pourrait être renvoyé après le match du 16 janvier et personne ne pourra plus s’y opposer selon le quotidien national. Pour tenter de sauver sa peau, Battles aura un groupe au complet à sa disposition car en plus de Charbonnier et de Larsonneur, le défenseur Appiah, recruté à Nantes il y a quelques jours, sera sur le pont et devrait débuter. De quoi espérer un renouveau à Saint-Etienne, où le mercato hivernal a d’ores et déjà permis à Battles de voir débarquer trois joueurs. Suffisant pour accrocher deux victoires à la fin de la phase aller et ainsi se sauver et espérer un maintien en deuxième partie de saison ? C’est tout le peuple vert qui l’espère.