SRFC : Sifflé et dégoûté par le jeu rennais, Hatem Ben Arfa fait ses valises

SRFC : Sifflé et dégoûté par le jeu rennais, Hatem Ben Arfa fait ses valises

Photo Icon Sport

Le Stade Rennais a réalisé l’une des meilleures saisons de son histoire. Si le classement en championnat est décevant, c’est surtout lié à l’incroyable parcours en Coupe de France, avec une victoire au bout, et à l’aventure en Europa League, avec une élimination contre Arsenal en 1/8e de finale. De quoi donner de la fierté à des supporters rennais qui en avaient bien besoin. Néanmoins, comme sur les derniers matchs, les « Rouge et Noir » n’y sont plus trop. Les héros sont fatigués, à l’image d’un Hatem Ben Arfa peu inspiré contre Guingamp, et qui a reçu quelques sifflets lors de sa sortie. S’il a décidé de prendre cela avec le sourire, l’ancien parisien, lyonnais et marseillais a tout de même bien fait comprendre qu’il ne devrait pas rester à Rennes cet été.

« Les sifflets contre moi ? Il n’y a pas de problème, on peut juste dire merci aux supporters. Après, ce groupe a montré beaucoup de choses dans cette année, moi aussi. Cela faisait 48 ans qu’ils avaient pas gagné un trophée, ils n’avaient jamais passé un tour de Coupe d’Europe, et ils me sifflent comme ça. Je peux juste leur dire merci (rires). Ces matchs là me permettent d’avancer dans ma réflexion, car moi je suis intéressé par le jeu. Et ce qu’on nous propose, niveau jeu, c’est limité quand même. On nous demande de défendre dès qu’on marque un but. On est peureux dans le jeu. Si on est 13e, ce n’est pas pour rien. Ça m’oriente. On ne peut pas faire des exploits à tous les matchs. Il y a beaucoup de choses qu’il faut prendre en compte pour prendre une décision, mais se faire siffler comme ça, ça compte », a livré dans Ouest-France le milieu offensif dans une attaque sans concession contre son entraineur et le jeu pratiqué par son équipe. De quoi mettre un terme à son aventure à Rennes, et l’envoyer en Espagne, son souhait des dernières semaines afin de trouver un championnat où le jeu prime.