Rennes : Létang regrette le gros mensonge de Julien Stéphan

Rennes : Létang regrette le gros mensonge de Julien Stéphan

Photo Icon Sport

Deux semaines après avoir été débarqué du Stade Rennais, Olivier Létang est sorti de son silence. Et l'ancien président du club breton a défendu son bilan et riposté à certains propos de Julien Stéphan.

Le 7 février dernier, dans une séquence totalement imprévue, la famille Pinault, qui possède le Stade Rennais, avait annoncé le départ immédiat d’Olivier Létang, le président du club étant purement et simplement débarqué sans ménagement. Depuis cette date, l’ancien dirigeant de Rennes était resté totalement silencieux, mais ce samedi, dans un entretien accordé à Ouest-France, Olivier Létang a décidé de faire entendre sa voix. Loin de fracasser ses anciens patrons, il a tout de même rappelé que son bilan était très largement favorable, et il a tenu à répondre à la rumeur qui affirme qu’il était fâché avec Julien Stéphan.

Même s’il dément une brouille avec l’entraîneur du Stade Rennes, Olivier Létang explique fermement ne pas avoir menacé Julien Stéphan lorsque l’équipe bretonne a eu un trou d’air il y a quelques mois. « J’ai été surpris. Le Stade Rennais ne s’est jamais porté aussi bien sportivement, financièrement et d’un point de vue populaire. En 27 mois, au-delà du parcours sportif, nous avons battu tous les records en termes d’affluence au Roazhon Park, de revenus billetterie, sponsoring, merchandising, de valorisation de l’effectif… Le club est très sain financièrement, respecte les règles du fair-play financier. Tous les indicateurs sont au vert sur et en dehors du terrain. Si le club en est là où il est sportivement, c’est notamment parce que, avec Julien Stéphan, nous avons su travailler ensemble, que nous étions complémentaires. Il y a bien sûr eu quelques moments d’incompréhension mutuelle comme lors des propos d’Hatem Ben Arfa ou nous avons chacun notre part de responsabilité, mais depuis nos relations s’étaient normalisées avec un cadre de travail serein (...) Quand je lis que je lui ai donné un ultimatum de trois matches, je vous le dis droit dans les yeux, c’est faux », a très clairement précisé l’ancien président de Rennes, alors que le coach breton avait lui dit l’inverse. Comme quoi la situation n’était visiblement pas aussi simple que cela dans les couloirs du Roahzon Park.