Sergio Ramos, un jambon et du cidre, ça cogne en Espagne !

Sergio Ramos, un jambon et du cidre, ça cogne en Espagne !

Le sélectionneur espagnol avait été critiqué pour avoir mis Sergio Ramos à l'écart. Compte tenu de la situation du défenseur au PSG, le patron de la Roja se régale.

Lorsqu’il avait décidé de mettre à l’écart Sergio Ramos pour l’Euro 2021, Luis Enrique s’était clairement justifié. « Cela a été une décision difficile à prendre, mais Ramos n'a pas joué et ne s'est presque pas entraîné depuis janvier », avait expliqué en mai dernier le sélectionneur de l’équipe d’Espagne. En retour, l’ancien joueur du Barça s’était vu accuser de tourner le dos aux joueurs du Real Madrid, et notamment la légende qu’est Sergio Ramos. Mais les événements ont clairement donné raison à Enrique, puisque le défenseur, parti libre de Madrid pour rejoindre le PSG lors du dernier mercato, n’a pas joué la moindre seconde depuis cette déclaration il y a six mois. A l’occasion de l’annonce de son groupe pour les deux matchs que l’Espagne doit jouer contre la Grèce, le 11 novembre, et la Suède, le 14 novembre, le coach de la Roja a chambré les journalistes qui l’avaient critiqué sur son choix de zapper Sergio Ramos.

Enrique et Ramos, je t'aime moi non plus

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Sergio Ramos (@sergioramos)

Pour Luis Enrique, sa décision était la bonne et les faits lui ont donné raison, mais il n’en veut pas tant que cela à ceux qui l’avaient sévèrement dénigré à l’époque. « Non, je ne pense pas avoir à m'excuser auprès de qui que ce soit de ne pas avoir convoqué Sergio Ramos. Si je demande des excuses aux journalistes qui m’ont critiqué ? Non, un peu de jambon et de cidre des Asturies suffiront », a lancé avec malice l’ancien joueur du FC Barcelone. On ne sait pas si Sergio Ramos, qui se bat pour revenir en forme, appréciera cette boutade de Luis Enrique, mais il est évident que si le défenseur revient à sa meilleure forme avec le Paris Saint-Germain, le sélectionneur espagnol pourrait devoir avaler une couleuvre plus que du jambon des Asturies.