PSG : Pochettino erreur de casting ? Pierre Ménès attaque

PSG : Pochettino erreur de casting ? Pierre Ménès attaque

Après deux matchs sur le banc du Paris Saint-Germain, Mauricio Pochettino n'a pas révolutionné le jeu du club de la capitale. Pierre Ménès a du mal à croire à une révolution.

En succédant de manière totalement imprévue à Thomas Tuchel au poste d’entraîneur du Paris Saint-Germain, Mauricio Pochettino sait qu’il n’aura pas une mission facile. L’ancien coach de Tottenham va devoir mener le PSG vers les titres nationaux, mais il est surtout déjà très attendu avec le Trophée des champions contre l’OM et surtout face au FC Barcelone en Ligue des champions. Après deux matchs sur le banc du Paris SG, Mauricio Pochettino n’a pas encore imposé sa touche personnelle. Et pour Pierre Ménès, il semble peu probable que le style Pochettino, surtout basé sur le pressing, soit une excellente idée pour le Paris Saint-Germain. Dans Pierrot Face Cam, le consultant a fait part de ses gros doutes.

« Si on peut retenir quelque chose des premiers matchs du PSG version Pochettino ? Non ! Je veux bien qu’il y en ait qui aient vu plus de pressing, plus d’intensité. Moi j’ai vu un PSG qui comme au début de la saison joue avec 8 joueurs en moins et qui bricole en défense. Il y a quand même que Marquinhos en défenseur titulaire qui a joué ses deux premiers matchs. Il n’a échappé à personne que Neymar n’a toujours pas rejoué depuis la soit-disant petite faute de Thiago Mendes. Non, on attend de voir le discours, mais je ne peux pas dire que je sente une empreinte Pochettino, mais l’empreinte Pochettino on l’a vu en Angleterre c’est surtout le pressing. Mais bon, est-ce que le pressing est une priorité pour une équipe qui a le ballon les deux tiers du temps ? Je pense que l’axe de travail du PSG, c’est la solidité défensive et une meilleure utilisation de la balle et de la transition. Le pressing, si c’est pour le faire un tiers du match, je ne dis pas que ce n’est pas important, mais je ne suis pas sûr que c’est une priorité », a expliqué Pierre Ménès, qui laisse du temps à l’ancien manager des Spurs pour faire bouger les lignes.