PSG : Pierre Ménès écoeuré par le scandale raciste

PSG : Pierre Ménès écoeuré par le scandale raciste

Photo Icon Sport

Le grave incident raciste qui a poussé les joueurs du PSG et de Basaksehir à abandonner le match, mardi soir au Parc des Princes, a scandalisé Pierre Ménès. Le consultant de Canal+ crie au scandale.

Le football a vécu un triste moment mardi soir lorsque le 4e arbitre de la rencontre PSG-Basaksehir a eu des propos clairement racistes à l’encontre de Pierre Achille Webo, l’entraîneur adjoint des adversaires de Paris. Et l’attitude de l’UEFA a choqué, l’instance européenne du foot restant totalement silencieuse pendant des heures avant d’annoncer le report du match, le changement d’arbitres et le lancement d’une enquête. Pour Pierre Ménès, les événements intervenus au Parc des Princes pour ce dernier match de la phase de groupes de la Ligue des champions sont scandaleux, et le comportement de l’UEFA n’est pas plus glorieux. Sur son blog, le consultant de Canal+ tape fort et espère surtout que cela va permettre aux choses de changer. 

Pierre Ménès ne cherche aucune excuse au fautif et crie au scandale. « Je veux bien qu’en roumain, « negru » signifie « noir ». OK. Mais pourquoi le désigner par sa couleur ? C’est totalement discriminatoire. Il suffisait pourtant qu’il désigne Webo à l’arbitre central en disant : « Voilà, ce mec-là s’est mal comporté ». Et fin de l’histoire. Tu ne dis pas « negru », ni « black guy ». C’est vertigineux. Évidemment, Demba Ba dont on connaît les convictions et qui est un militant, s’est emparé de l’affaire. Il n’allait pas laisser un scandale pareil et les joueurs, qu’ils soient stambouliotes ou parisiens, ont réagi de la bonne manière en quittant le terrain. Neymar, Marquinhos, Kimpembé et Mbappé en tête, les champions de France se sont montrés solidaires de l’équipe turque. Ce qui n’a pas été le cas de l’UEFA, qui a brillé par son incompétence (...) Je le répète encore une fois, je pense que cette fois, le point de bascule a été franchi et que plus rien ne sera comme avant », écrit Pierre Ménès après cette soirée qui fera date.