PSG : Meunier attaque Leonardo et la France

PSG : Meunier attaque Leonardo et la France

Photo Icon Sport

Désormais au Borussia Dortmund, Thomas Meunier avait visiblement des comptes à régler avec le Paris Saint-Germain et la France.

Parti libre du Paris Saint-Germain pour rejoindre Dortmund, Thomas Meunier n’a pas attendu longtemps avant de balancer quelques amabilités sur son ancien club, et même sur le football dans notre pays. Interrogé par une agence de presse allemande, le défenseur international belge a d’abord critiqué la décision des autorités françaises de stopper définitivement la saison 2019-2020 en raison de l’épidémie de Covid19. « Pour moi, c'est la preuve que le football en France n'a toujours pas le même niveau d'importance culturelle que dans d'autres pays », fait remarquer Thomas Meunier, qui s’est ensuite attaqué à Leonardo qu’il accuse de ne pas avoir voulu négocier avec Dortmund afin que le défenseur finisse la saison avec le PSG.

Et le défenseur belge de balancer sur le directeur sportif du Paris Saint-Germain. « J’avais prévu de participer à la phase finale à Lisbonne, et mon nouvel employeur avait compris ce souhait et cherchait un accord avec Paris. Ils ont vu comme moi l'opportunité de gagner la Ligue des Champions avec mes anciens coéquipiers (...) Paris a contacté le BVB, mais ne voulait rien me payer (...) Pour le dire franchement: Leonardo, le directeur sportif du PSG, n'a jamais tenté un accord avec Dortmund et encore moins avec moi. Il voulait, que je joue pour le PSG presque gratuitement, explique le défenseur international belge qui affirme que le club de la capitale lui a pourri ses derniers jours à Paris en lui imposant de rester à l'écart de ses coéquipiers. Leonardo m'a informé fin juin, via un avocat, que je n'étais plus le bienvenu au PSG (...) On m'a dit que je devais rester loin des locaux du club jusqu'à la fin de mon contrat. J'ai également répondu à cela avec une lettre d'un avocat en expliquant que j'avais le droit de m’entraîner après quatre mois de pause de compétition forcée et plus précisément j'ai demandé à pouvoir m'entraîner à des moments où je ne dérangeais personne. On m'a alors dit par téléphone que je ne devais pas croiser qui que ce soit (...) J’ai été le premier à demander une prolongation pour jouer en juillet et août. Leonardo n'était pas prêt pour cela et a déclaré à la presse en France que j'avais refusé de prolonger le contrat. Mais ce n'est pas vrai, je veux le dire très clairement. »