PSG : Messi a été prié de ne pas soutenir l’Arabie Saoudite

PSG : Messi a été prié de ne pas soutenir l’Arabie Saoudite

Dans le cadre de leur partenariat, Lionel Messi assure la promotion du tourisme en Arabie Saoudite. Le Qatar, propriétaire du Paris Saint-Germain et rival politique ces dernières années, n’est sûrement pas enchanté. Pas plus que des familles de prisonniers politiques qui ont tenté de dissuader l’Argentin.

Pendant que Kylian Mbappé était aperçu à Madrid lundi, provoquant un emballement des médias spécialistes du Real, Lionel Messi avait choisi une autre destination pendant son repos. Au lendemain du match nul à domicile contre Troyes (2-2) en Ligue 1, l’attaquant du Paris Saint-Germain s’est rendu à Djeddah dans le cadre de son partenariat avec l’Arabie Saoudite, dont il est devenu l’ambassadeur du tourisme.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Visit Saudi (@visitsaudi)

Autant dire que ses plus hauts dirigeants ne sont pas ravis, le Qatar étant considéré comme un rival politique de l’Arabie Saoudite ces dernières années. Mais l’accord signé par Lionel Messi date d’avant son arrivée au club de la capitale, qui connaissant l’existence de cette collaboration gênante. Le Paris Saint-Germain ne pouvait donc pas s’y opposer, contrairement à d’autres organisations comme Amnesty International qui condamne les atteintes aux droits de l’homme chez les Saoudiens.

La lettre envoyée à Messi

C’est aussi l’avis de familles de prisonniers politiques en Arabie Saoudite qui, selon The Guardian, aurait transmis une lettre à Lionel Messi en février 2021 pour lui demander de ne pas promouvoir ce pays. « Le régime saoudien veut vous utiliser pour redorer sa réputation. Si vous dites "oui" à "Visit Saudi", vous dites "oui" à toutes les atteintes aux droits de l'homme qui ont lieu aujourd'hui en Arabie Saoudite. Mais si vous dites "non", vous enverrez un message aussi puissant : les droits de l'homme et la décence ont de l'importance, ceux qui torturent et tuent ne seront pas impunis. Le monde doit s'élever contre ceux qui piétinent les autres », a pu lire le Parisien, apparemment sans en tenir compte.