PSG : Marquinhos débarque au Brésil, le PSG sidéré

PSG : Marquinhos débarque au Brésil, le PSG sidéré

Photo Icon Sport

Resté en confinement en France pendant deux mois sans sourciller, Marquinhos a profité d’une période plus calme sur Paris pour rejoindre la famille de son épouse au Brésil.

Un choix qui a littéralement pris de court le PSG, et mis le club parisien devant le fait accompli. Si rien n’interdit au défenseur central de rentrer dans son pays, sa décision défie tout de même toute logique aux yeux des dirigeants parisiens, rapporte L'Equipe. Tout d’abord, parce que la France commence à déconfiner et présente des chiffres qui vont plutôt dans le bon sens, même si la prudence est forcément de mise. Ensuite parce que l’ancien joueur de la Roma a débuté une période de quarantaine de 14 jours avant de pouvoir réellement rendre visite aux membres de la famille de sa femme au Brésil. Mais surtout, c’est l’actualité de la pandémie qui laisse totalement le PSG sidéré et devant le fait accompli. En effet, le Brésil est désormais derrière les Etats-Unis le deuxième pays au monde où le Covid-19 se propage le plus massivement, et dont le bilan dépasse depuis mardi les 1.000 morts par jour.

La situation s’aggrave et les experts n’évoquent que pour le mois de juin le possible pic de la maladie, avec des grandes métropoles dont les hôpitaux sont déjà proches de la saturation. Résultat, rejoindre le Brésil après deux mois de confinement en France peut se comprendre pour des motifs familiaux, mais le choix de Marquinhos de s'installer à Caraguatatuba près de Sao Paulo, état extrêmement touché, n’est pas vu comme judicieux. Surtout que, quand il aura fini sa quarantaine dans sa maison, le défenseur central du PSG sera probablement appelé par son club, qui envisage une reprise de l’entrainement le 22 juin. Avec le risque, pour les joueurs revenants de zone très touchées comme le Brésil, de devoir à nouveau observer une période de quarantaine de deux semaines. Résultat, ce départ très tardif pour son pays serait alors, en plus d’être risqué et peu recommandé, limité à deux périodes de quarantaine.