PSG : Le Qatar défie les Ultras et vire Phil Collins !

PSG : Le Qatar défie les Ultras et vire Phil Collins !

Le Paris Saint-Germain a touché à une des marques de fabrique des matchs au Parc des Princes en rangeant au placard « Who Said I Would », le musique d'entrée des joueurs. Après avoir évoqué un bug, le PSG assume sa décision.

Le 14 août dernier, alors que stade parisien, archi-comble, venait de fêter la présentation des joueurs recrutés lors du mercato, dont évidemment Lionel Messi, les spectateurs étaient sidérés en entendant la musique d’entrée des joueurs. Pour PSG-Strasbourg, c’est en effet un morceau de DJ Snake qui remplaçait le traditionnel « Who Said I Would » signé de Phil Collins. Tandis que cela grognait déjà sur les réseaux sociaux, le Paris SG faisait immédiatement savoir qu’il s’agissait d’une erreur du DJ du Parc des Princes. Et DJ Snake confirmait qu’il n’était pas du tout au courant : « J’ai pas compris non plus. » On en était là de cette histoire forcément très symbolique pour les supporters, on se souvient de l’émoi provoqué du côté de Marseille lorsqu’il avait été évoqué une réécriture du Jump de Van Halen avant que cette idée soit oubliée.

Adieu Phil Collins, le PSG le pousse à la retraite

Mais ce samedi, pour le match PSG-Clermont, les Ultras du Paris Sain-Germain vont une nouvelle fois être étonné. En effet, dans Le Parisien, Fabien Allègre, directeur de la diversification du vice-champion de France, annonce que Phil Collins ne sera plus utilisé comme musique d’entrée des joueurs. Et le dirigeant parisien d’assumer totalement ce choix. « Ce n’était pas une erreur. Que l’on soit très attaché à ce son, je l’entends, et notre volonté n’est pas de l’éliminer de tous nos matchs. Mais pourquoi ne pourrait-on pas avoir le Go West ou le Phil Collins lors de l’arrivée des joueurs pour l’échauffement ? J’ai eu beaucoup de retours positifs de gens qui ont apprécié le morceau. On peut ne pas être d’accord, mais on échange. Et on fera des réglages. Mais n’empêchons pas le club de poursuivre sa route, sans renier son passé. Si on avait eu ce même raisonnement pour tout ce qu’on a fait depuis dix ans, à commencer par un des signes les plus importants qui est le maillot, on n’en serait pas là où on en est aujourd’hui », a prévenu Fabien Allègre, qui n'a toutefois pas dit si un morceau unique allait être utilisé au PSG ou si cela allait être un changement à chaque match au Parc des Princes.