PSG : Ekitike, la blague à 35 millions fait rire l’Espagne

PSG : Ekitike, la blague à 35 millions fait rire l’Espagne

Icon Sport

L’été dernier, le PSG a dépensé 35 millions d’euros pour recruter Hugo Ekitike en provenance du Stade de Reims.

Auteur d’une belle saison au Stade de Reims, Hugo Ekitike était très courtisé sur le marché des transferts l’été dernier. L’attaquant de 20 ans était la priorité de Newcastle, mais le Paris Saint-Germain a finalement raflé la mise avec une offre de prêt avec option d’achat automatique s’élevant à 35 millions d’euros. Néanmoins, l’aventure parisienne d’Hugo Ekitike tourne pour l’instant au vinaigre avec seulement sept apparitions en Ligue 1 (133 minutes, 0 but). Barré par la concurrence de Lionel Messi, Neymar et Kylian Mbappé, l’ex-attaquant de Reims n’a même pas eu sa chance à Ajaccio vendredi soir, malgré l’absence de Neymar, suspendu pour cette occasion. Le transfert d’Hugo Ekitike ressemble de plus en plus à une erreur de casting pour le PSG même s’il convient de rester patient avec un joueur encore très jeune.

Ekitike au PSG, un transfert inutile ?

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Hugo Ekitike (@hekitike)

Une situation qui n’échappe à personne en France mais également en Espagne, où l’on ne manque pas de souligner les échecs du PSG sur le marché des transferts. Don Balon se demande par exemple comment le club de la capitale a pu miser une telle somme sur un joueur totalement inutilisé tel qu’Ekitike. « La signature du nouveau Thierry Henry a suscité beaucoup d’attentes chez les supporters parisiens, qui ont vu en Ekitike le parfait remplaçant de Messi ou Neymar. Mais l’ancien joueur de Reims n’a disputé que 7 matchs et n’a encore marqué aucun but. Des chiffres très éloignées de ceux attendus par Al-Khelaïfi lorsqu’il a payé 35 millions d’euros pour le recruter. Après la Coupe du monde au Qatar, tout pourrait changer mais pour l’instant, sa signature n’a rien changé au PSG » souligne le média, pour qui Hugo Ekitike va encore devoir ronger son frein un moment avant d’avoir sa chance dans la capitale française.