PSG : Dortmund torpille Paris, Daniel Riolo accuse la Ligue 1 !

PSG : Dortmund torpille Paris, Daniel Riolo accuse la Ligue 1 !

Photo Icon Sport

Battu par le Borussia Dortmund en 8e de finale aller de la Ligue des Champions, le PSG a de nouveau démontré qu’il avait du mal à rivaliser lorsque l’intensité montait d’un cran.

Un problème récurrent lors des matchs à élimination directe de Ligue des Champions depuis des années à Paris. Et comme souvent, c’est la Ligue 1 qui est accusée après les désillusions européennes du Paris Saint-Germain. Sur l’antenne de RMC, Daniel Riolo n’y a pas été de mainmorte en pointant du doigt le championnat de France, qui ne prépare pas suffisamment le PSG à une forte pression et à une grosse intensité selon lui. Toutefois, le consultant de l’After met également en avant certains problèmes mentaux de Paris, qui persistent depuis l’époque de Laurent Blanc et qui pour le coup, n’ont rien à voir avec la Ligue 1…

« Tant que le PSG ne sortira pas de cette obsession de « quand est-ce qu'on va y arriver », ça n'ira pas. Il va falloir voir dans les trois prochaines semaines regarder les choix de Tuchel, car là c'était un bordel complet. Mais Dortmund n'est pas monumental. Pourquoi l’état d’esprit n’était pas là dès ce mardi soir ? Pourquoi tu n’as pas eu l’esprit de combat ? Pourquoi les trois de devant ont été aussi fantomatiques ? Il y a eu dix entraîneurs qui se sont succédés et l’état d’esprit a toujours été le même. Avec Laurent Blanc à City, tu fais un non-match (défaite 0-1), tu as disparu mentalement. Avec Emery, on n’en parle même pas. Et l’année dernière avec Tuchel, la même. Mais qu’on se mette dans la tête une bonne fois pour toute, la Ligue 1 ne prépare pas pour la Ligue des champions. C’est un handicap absolu. Quand les joueurs sont bousculés, ils n’ont pas de réaction. La pression et le mental sont dans ces matches à élimination directe. Dans les matches de poules, tu peux te reprendre, mais quand le couteau est sous la gorge, c’est là que tu vois les hommes » a indiqué Daniel Riolo, pour qui il va falloir un tout autre PSG dans trois semaines au Parc des Princes pour espérer une qualification.