PSG : Baisse des salaires, le Qatar doit accepter cette condition !

PSG : Baisse des salaires, le Qatar doit accepter cette condition !

Photo Icon Sport

Les footballeurs du PSG n'ont pas encore accepté de baisser les salaires depuis l'arrêt du football. L'épouse de Thiago Silva souhaite qu'ils le fassent, mais sous condition.

C’est un sujet dont on ne parle plus beaucoup, et il avait pourtant valeur d’exemple pour de nombreux salariés des clubs, les footballeurs allaient-ils accepter de baisser provisoirement ce qu’ils touchent chaque mois afin d’aider le personnel le moins bien payé ? Si dans certains clubs de Ligue 1, l’accord a rapidement été trouvé, chez les plus gros c’est non. On négocie, on marchande, mais pour l’instant, le PSG, l’OM et l’OL n’ont pas officialisé un éventuel accord. Du côté du Paris Saint-Germain, Nasser Al-Khelaifi a beau avoir pris ce dossier très à cœur, Neymar et ses coéquipiers n’ont rien signé dans ce sens. Cependant les choses pourraient changer si l’on en croit Isabelle Silva, l’épouse du capitaine du Paris Saint-Germain.

Actuellement à Rio, où elle est confinée avec son mari et ses enfants, l’épouse de Thiago Silva a été interrogée par Le Parisien sur ce sujet des salaires. Et sa réponse a été limpide. « Beaucoup de joueurs de football ont accepté de baisser leur salaire, mais ceux du PSG ne l'ont pas encore fait. Si je juge normal qu'ils le fassent ? Oui, je trouverais ça normal. Mais le choix doit revenir aux joueurs, ça ne doit pas être obligatoire. Une baisse, juste pour faire joli, ça ne rimerait à rien. Il faut que cet argent soit reversé au personnel administratif et aux petits salaires du club au chômage partiel afin qu'ils perçoivent 100 % de leurs rémunérations. Et surtout, ça doit servir à éviter de mettre des gens au chômage une fois que la crise sanitaire sera finie », a prévenu Isabelle Silva, qui ne veut pas que l’argent économisé sur les salaires soit remis dans les caisses du Paris Saint-Germain sans que cela ne profite aux salariés qui font vivre le club au quotidien sans toucher des salaires mirifiques.