PSG : Adieu le fair-play financier, Al-Khelaïfi en rigole presque

PSG : Adieu le fair-play financier, Al-Khelaïfi en rigole presque

Photo Icon Sport

Sans surprise, Nasser Al-Khelaïfi s'est félicité du nouveau partenariat que le Paris Saint-Germain a signé avec le groupe Accor.

Depuis l'été dernier, et l'annonce de la fin de la collaboration avec Fly Emirates à l'issue de cette saison, le club de la capitale était à la recherche d'un nouveau sponsor maillot. Lié avec la compagnie aérienne de Dubaï ces quatorze dernières années, via un contrat de 25 millions d'euros annuels, le PSG a trouvé son bonheur en France. Puisqu'en cette fin de semaine, la formation francilienne a signé un nouveau bail avec Accor. À partir de la saison prochaine, le groupe hôtelier sera donc le partenaire majeur du PSG. Une très bonne nouvelle pour Paris, vu que Sébastien Bazin, le PDG d'ALL et ancien président du PSG, va verser plus de 50 ME par an à Nasser Al-Khelaïfi. De quoi ravir le boss parisien.

« C’est une journée historique pour le club. C’est le sponsoring le plus important de notre histoire au club. Nous sommes honorés de cet accord trouvé avec Accor. Je suis très heureux d’accueillir à nouveau Sébastien Bazin dans la famille. Le contrat est de trois ans avec une option de prolonger de 3 ans. Le montant ? C'est un bon deal, c'est tout ce que je peux vous dire. On est l'un des plus grands clubs en Europe et dans le monde. Et je ne veux pas dire combien, mais cela veut dire que le montant est bien pour eux et pour nous. Des problèmes avec le fair-play financier ? Nous respectons le règlement du Fair-Play Financier. Je l’ai réitéré maintes fois, nous respectons toujours le règlement de l’UEFA. Nous n’irons jamais contre ce règlement. C’est un accord très transparent, très ouvert, très juste pour les deux parties », a expliqué, en conférence de presse, NAK, qui se félicite donc d'entrer dans le top 5 européen avec ce nouveau sponsor maillot. L'objectif étant de continuer à développer l’image, les revenus et les résultats du club en respectant les règles, alors que le Qatar est actionnaire du PSG via QSI et d'AccorHotels avec une autre société d'investissement.