Giuly : «A Lyon, ça sent le football»

Giuly : «A Lyon, ça sent le football»

Photo Malory Grancher

L'attaquant du PSG pense son club capable de tenir tête samedi à l'Olympique Lyonnais.

Formé à Lyon, Ludovic Giuly estime que le Paris Saint-Germain peut réussir un truc ce week-end contre le septuple champion du France. Mais pour cela, le PSG devra être à 100% dès le coup d’envoi. « J’ai vu le match contre Bordeaux et cette équipe de Lyon a des failles…. mais très peu. Il faut juste concrétiser les occasions avant eux. Bordeaux a fait un très grand match et avait des occasions pour marquer. Ils ne les ont pas mises et après ils ont subi, parce que Karim Benzema c’est une action un but. Ensuite, c’est difficile de revenir. Il ne faut pas louper le début de match, ça va être la clé. Et si nous avons une occasion, nous devons la mettre au fond et ne rien lâcher », prévient Ludovic Giuly sur le site officiel du PSG.

Eviter une défaite contre le leader du championnat serait d’autant plus une bonne chose pour les Parisiens que la suite de la Ligue 1 passe, ensuite par un déplacement à Rennes, autre équipe redoutable cette saison. « PSG-OL, c’est une belle affiche, mais ce sont surtout 3 points. Une victoire contre Lyon serait positive pour la confiance avant d’aller à Rennes. On est chez nous et il faut prendre le maximum de points au Parc. C’est vrai que c’est beau parce qu’on affronte le leader, une belle équipe, avec de grands joueurs et qu’il y aura beaucoup de monde dans les tribunes. Mais c’est avant tout un match qu’il faut aborder le mieux possible », concède l’attaquant parisien, qui n’a évidemment pas évité une question sur les souvenirs de ses jeunes passées à l’OL. « J’y ai commencé à 11 ans et j’y suis resté jusqu’à ce que je devienne professionnel. J’ai toute ma famille là-bas, donc forcément je suis attaché à Lyon. Gerland reste l’un des plus beaux stades de France. Ça sent le football là-bas. Quand tu es lyonnais et que tu réussis à être pro dans ton club formateur, ça laisse des souvenirs », concède Ludovic Giuly.