Charles Villeneuve : «Diriger le PSG, je kiffe ! »

Charles Villeneuve : «Diriger le PSG, je kiffe ! »

Le patron du club parisien répète sa confiance en Paul Le Guen et le plaisir qu'il a dans ses nouvelles fonctions.

Amis de la langue de bois et du langage châtié, tournez les talons. Le président du Paris Saint-Germain est un homme de mouvement et dans ces cas-là, Charles Villeneuve est adepte du parler vrai. Dans une longue interview accordée au Parisien, ce dernier s’est lâché au sujet de son club.

Evoquant la défaite de samedi à Nice, le patron du PSG rend un véritable hommage à Paul Le Guen. « Il trouve les mots qu'il faut. Il fait même appel parfois aux parties génitales afin qu'elles se réveillent. Paul et moi, nous aimons la victoire plus que tout. L'un comme l'autre, nous n'avons pas le sentiment que les joueurs l'aiment autant qu'il faudrait l'aimer. Rien qu'au regard de nos supporteurs et de leur attachement, nous n'avons pas le droit de perdre. Makelele et Giuly étaient anéantis dans l'avion du retour de Nice. C'est surtout ça qu'il manque à ce club : la culture de la victoire (…) On a très bien joué à Marseille. C'était magnifique ! Quand Paul dit qu'il ne faut pas péter plus haut que son cul, cela veut dire que nous ne sommes pas certains de finir champion de France, mais on ne sera pas loin. Contre Toulouse puis Nice, on a dilapidé le crédit d'une victoire historique à Marseille. Ce que nous sommes capables de faire à Marseille, nous devons être capables de le refaire. Alors faisons-le ! », explique dans un premier temps Charles Villeneuve.

Le responsable du club de la capitale insistait d’ailleurs pour confirmer ses bonnes relations avec son entraîneur et menacer ceux qui voudraient s’amuser trop longtemps sur ce thème. « Quand on cherche à m'opposer à Paul Le Guen, on se trompe totalement. Notre entente est parfaite. Nous échangeons tellement tous les deux. Je parle football avec lui mais aussi histoire et politique. Pourquoi beaucoup d'observateurs ont-ils l'impression que le courant ne passe pas entre vous ? Cela vient de ceux qui veulent prendre la place de l'un ou de l'autre. Nous avons mis un certain temps à les identifier. Nous savons désormais qui ils sont. Viendra le moment avec Sébastien Bazin et ses collaborateurs où nous prendrons les décisions qu'il faut. Nous ne pouvons pas écarter les vipères lubriques quand elles sont à l'intérieur du vivarium. Tous ne sont pas des pythons royaux », ironise le président parisien.


Autre sujet abordé par Charles Villeneuve dans le quotidien francilien, l’éventuelle venue de Ronaldo  qui semble de moins en moins acquise. « Il veut venir au PSG, nous en sommes très honorés ; mais, pour l'instant, nous n'avons jamais échangé avec lui ou son entourage. Sincèrement, c'est lui qui distille ces informations et elles sont variables », reconnaît l’ancien journaliste de TF1, qui avoue tout de même prendre un vrai plaisir dans ses nouvelles fonctions. « Je kiffe ! C'est passionnant, assez difficile, mais, pour l'instant, mon tempérament ne me conduit pas à subir dans l'avenir une greffe cardiaque. Je sais garder mes distances », précise toutefois le président du Paris Saint-Germain.