Vente OL : Les investisseurs se bousculent, ça va vite !

Vente OL : Les investisseurs se bousculent, ça va vite !

Alors que deux actionnaires minoritaires de l’Olympique Lyonnais, à savoir Pathé et IDG Capital, cherchent à quitter le navire après une saison compliquée, le club de Jean-Michel Aulas a déjà reçu plusieurs offres de la part d'investisseurs étrangers.

Le club rhodanien se prépare à tourner une page de son histoire. Propriété de Jean-Michel Aulas, l’OL a ouvert deux fois son capital, en 1999 pour l’arrivée du groupe Pathé puis en 2016 avec l’achat d’actions de la part d’IDG Capital Partners. Deux investisseurs qui veulent maintenant lâcher l’affaire en cette période de crise. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne devraient pas mettre longtemps à trouver des successeurs, vu que selon les informations de Bloomberg, six offres de rachat des actions de Pathé (19,36% du capital d’OL Groupe) et d’IDG capital (19,85%) ont déjà été effectuées. En effet, des investisseurs américains et européens seraient prêts à former une alliance pour récupérer près de 40% du club rhodanien et ainsi devenir un actionnaire majoritaire aux côtés d’Holnest, la holding de la famille Aulas, qui détient 27,72% des parts de l’OL. Un capital que le président lyonnais veut conserver, tout en se disant prêt à lâcher du lest aux nouveaux acheteurs potentiels.

Un nouvel actionnaire majoritaire à Lyon ?

D’autres propositions devraient même être reçues dans les jours à venir, et des réunions entre la direction actuelle et des investisseurs potentiels sont prévues pour la semaine prochaine. Rien ne dit que ces intérêts aboutiront à une vente d’une partie du club lyonnais, mais sachant que la banque d'investissement Raine Group LLC a été mandatée pour cette revente d’actions, OL Groupe a quand même une grande chance de recevoir une offre publique dans les semaines à venir. Probablement une bonne nouvelle pour les supporters des Gones, qui veulent du renouveau après une saison galère. Et cela passera forcément par l’arrivée de nouvelles têtes à la direction. Car même si les investissements d’Amazon et de CVC Capital Partners ont permis aux clubs de L1 de sortir la tête de l’eau, les finances ne sont pas encore au top, et notamment à Lyon. Autant dire que l’arrivée de nouveaux actionnaires pourrait être un vrai plus pour Jean-Michel Aulas, qui avait récemment promis de se « donner les moyens de faire un très gros recrutement ». Après les paroles, place donc aux actes !