OL : Un mercato royal, Aulas se félicite

OL : Un mercato royal, Aulas se félicite

Photo Icon Sport

Le président de l’OL, Jean-Michel Aulas, a fait un bilan du mercato. Il a affiché sa fierté d’avoir avec bien géré chaque dossier en compagnie des autres dirigeants.

Voilà, le mercato est terminé. Il est l’heure de faire le point. Du côté de l’Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas a dressé le bilan sur les antennes d’OLTV. Il s’est réjoui tout d’abord d’avoir gardé ses meilleurs éléments alors que Lyon ne dispute aucune coupe d’Europe cette saison. « Aouar, Memphis, Dembélé ? J’avais dit que tous ne partaient pas et on a finalement gardé les trois qui étaient donnés partants pour les médias », a-t-il indiqué avant d’en venir aux recrues. « On a rajouté en supplément le recrutement d’internationaux comme Lucas Paqueta (Brésil), De Sciglio (Italie), Benlamri (Algérie). On a fait une analyse de ce qui pouvait nous manquer et des besoins du coach. On a le sentiment que l’équipe est bien constituée pour être sur les deux premières places du classement. On peut considérer qu’on a tout fait pour atteindre l’objectif », ajoute-t-il, avant d'évoquer le dossier des départs.

« Vincent Ponsot, Juninho, Bruno Cheyrou et les recruteurs ont bien travaillé. On a fait partir les joueurs qui n’étaient pas titulaires ou qui n’avaient pas tout donné », a prévenu Aulas, histoire d'envoyer un petit tacle aux partants. Un groupe de joueur qui comprend Tatarusanu, Tete, Rafael, Marçal, Andersen, Traoré ou encore Reine-Adélaïde. Reste le dossier Memphis Depay, qui n'a pas pu partir malgré un forcing du joueur. Aulas ne pleurera pas, même s'il avoue que cela n'est pas une très bonne affaire. « Sur le plan économique, ce n'est pas la meilleure opération. Mais c'est une tendance chez les joueurs. L'Euro arrive l'été prochain et je pense qu'il aura intérêt à être le meilleur », a souligné le président de l'OL. Et le plus tôt sera le mieux. Les joueurs lyonnais pointent à la 14e place du classement de Ligue 1 et sont en manque de créativité sur le plan offensif. Rudi Garcia devra trouver la solution, pour retrouver du crédit auprès de ses dirigeants.