OL : Tetê le Neymar de Lyon ?

OL : Tetê le Neymar de Lyon ?

Icon Sport

Définitivement transféré à l'Olympique Lyonnais cet été, Tetê a rendu une copie probante vendredi contre Troyes avec un doublé et une passe décisive. Pas de quoi enflammer Peter Bosz.

Après un premier accord avec Donetsk fin mars, dans le cadre des mesures prises par la FIFA pour aider les footballeurs qui évoluent en Ukraine, Tetê a signé pour un an de plus à Lyon. Une bonne nouvelle pour l’OL, même si évidemment cela s’inscrit dans le cadre d’une actualité nettement moins légère que le football. En attendant, l’attaquant brésilien réalise un bon début de saison, et face à une équipe de Troyes qui va avoir bien du mal à échapper aux quatre dernières places de la Ligue 1 tant elle bafouille depuis le début de saison, Tetê a rendu une feuille de statistiques spectaculaire. Avec une passe décisive, sur le but de Nicolas Tagliafico, et deux buts à son actif, tout cela en seconde période, le jeune joueur brésilien de 22 ans a frappé fort. Cependant, Peter Bosz n’a pas été emballé plus que cela. Et l’entraîneur de Lyon de ramener tout le monde à la réalité.

Tetê a rejoint Neymar au nombre de buts et de passes décisives

Conscient que Tetê va tout donner pour essayer de convaincre Tite de lui donner une place dans le groupe du Brésil qui ira au Qatar pour disputer le Mondial, Peter Bosz souhaite que cela ne monte pas à la tête de son joueur et que cela ne finisse par se retourner contre l’Olympique Lyonnais. « Les médias et le public l’ont trouvé très bon en deuxième période, mais moi je l’ai juste trouvé ‘OK » pas plus. Alors oui il a marqué deux buts, mais il aurait pu mieux faire. Il a deux qualités importantes, les buts et les passes. Et sur les passes il peut faire beaucoup plus », a prévenu le technicien néerlandais. Comme le rappelle L’Equipe, à ce stade de la saison, et après deux matches, Tetê a trois buts et deux passes décisives à son compteur avec l'OL comme un certain Neymar avec le PSG. On va rapidement arrêter les comparaisons histoire de ne pas chagriner Peter Bosz, mais quand même...