OL : Riolo annonce une guerre interne provoquée par Aulas

OL : Riolo annonce une guerre interne provoquée par Aulas

Très critique envers l’Olympique Lyonnais, Daniel Riolo en a remis une couche sur la direction. Et plus précisément sur le président Jean-Michel Aulas à qui il reproche une mauvaise gestion depuis plusieurs années.

Ça va mal à l’Olympique Lyonnais. Certes qualifié pour les huitièmes de finale de l’Europa League, le club rhodanien occupe une inquiétante 13e place en Ligue 1, avec un match en moins, à l’approche de la mi-saison. Et pour ne rien arranger, les Gones doivent composer avec des soucis en interne après l’annonce du départ du directeur sportif Juninho. De quoi s’attirer les foudres de Daniel Riolo qui n’épargne pas l’Olympique Lyonnais ces derniers jours. Le journaliste de RMC en a remis une couche pour critiquer la gestion et les choix d’un président Jean-Michel Aulas selon lui cramé.

« Le club qui ne gagne rien »

« Trois années de Genesio, personne n'était content. Garcia, personne n'était content, a rappelé le chroniqueur de l’After. Avec les demi-finales en Europa League et en Ligue des Champions, on me dit qu'il s'est quand même passé des trucs dans les 10 dernières années. Mais encore heureux quand même ! Parce que s'il n'y avait pas eu deux-trois trucs, ce serait une catastrophe totale ! Là, déjà, je pense qu'on n'est pas loin d'années qui se sont suivi, et qui ne sont pas bonnes pour le club. C'est en gros le club qui ne gagne rien, même pas une petite coupe par-ci par-là. »

« Deux aventures européennes, beaucoup de déceptions, beaucoup de bananes dans le recrutement, ils s'en sont sortis avec trois-quatre gamins du centre de formation qui ont tenu la boutique autant qu'ils ont pu jusqu'au fameux virage 2017 avec le grand stade... Moi je dis depuis des années que l'OL ne va pas bien parce que le club est dirigé bizarrement par un Aulas qui est fatigué, qui a voulu déléguer à un homme qui veut les pleins pouvoirs. On a parlé de Tony Parker, on ne sait plus trop où l'on en est de ce côté, mais Ponsot lui fera la guerre parce que Ponsot veut être le grand boss », a prévenu Daniel Riolo au sujet du directeur général du football.