OL : Pour gagner la Ligue des champions, l'OL a choisi sa méthode

OL : Pour gagner la Ligue des champions, l'OL a choisi sa méthode

Photo Icon Sport

L'Olympique Lyonnais est le deuxième club le plus riche de France, et cela l'oblige à avoir des résultats continentaux dignes de cette fortune assumée. Mais par rapport aux énormes cylindrées européennes, qui financièrement écrasent Lyon, il est évident que l'OL doit trouver des solutions pour réussir à briller en Ligue des champions. Toujours persuadé que Lyon peut décrocher un jour le Graal, Jean-Michel Aulas ne fait pas mystère de sa stratégie. Car pour le patron de l'Olympique Lyonnais, son club a une recette qui peut lui permettre de concrétiser son rêve.

A l'occasion de la présentation des comptes de l'OL, Jean-Michel Aulas a répété ses ambitions et les moyens qu'il a mis en place pour les réaliser. « Notre politique est très claire et précise. On a une véritable conception dans un monde où le marché des transferts est supérieur aujourd’hui à 5 milliards d’euros par an. C’est pour cela que nous souhaitons poursuivre l’investissement dans la formation chez les garçons comme chez les filles. L’OL reste la première Academy en France et l’une des toutes meilleures d’Europe. On forme des jeunes pour qu’ils s’épanouissent avec l’OL avant d’être aspirés par le marché européen. On ne peut pas empêcher les meilleurs d’avoir envie de jouer un jour à Madrid, Barcelone ou Manchester. Nabil Fekir a failli rejoindre Liverpool l’été dernier et d’autres comme Houssem Aouar, Tanguy Ndombélé et Ferland Mendy ont été sollicités. Cela risque d’être encore le cas l’été prochain. C’est pour cela, qu’iI faut aussi être capable d’attirer de jeunes joueurs à fort potentiel comme on l’a fait ces dernières années. Notre modèle est reconnu partout en Europe où l’on salue notre stratégie en matière d’infrastructures, de formation et de football féminin. On est peut-être un peu en avance mais c’est aussi de cette manière que l’on restera compétitif et que l’on pourra un jour atteindre le toit de l’Europe », a expliqué le président de l'Olympique Lyonnais, persuadé qu'il a fait le bon choix. Qui vivra verra.