OL : Peter Bosz a perdu son vestiaire, il accuse !

OL : Peter Bosz a perdu son vestiaire, il accuse !

L'Olympique Lyonnais s'est mis dans le rouge après seulement deux matchs de Ligue 1. Peter Bosz soutient les supporters, et cela devient problématique.

La semaine a été chaotique du côté de Lyon, la claque prise par l’OL à Angers ayant d’abord provoqué la mise au placard de Marcelo, dont on ne sait toujours pas ce qu’il adviendra, puis vendredi une banderole déposée par les supporters est apparue sur les grilles du Groupama Training Center avec un message clair « bougez vous ou cassez vous ». Et de manière très claire, Peter Bosz a confié en conférence de presse qu’il était d’accord avec ce message. « Je suis tout à fait d'accord avec cela. Absolument. Changer les mentalités, ce n'est pas facile si c'est ancré dans les joueurs. Là, ce n'est pas le cas », a expliqué l’entraîneur néerlandais de l’Olympique Lyonnais. Une sortie qui a fait du bruit puisqu’il est rare de voir un coach venir prendre parti pour les supporters contre ses propres joueurs. Sur la chaîne L’Equipe, Sébastien Tarrago a confié sa stupéfaction suite aux propos de Peter Bosz sur cette banderole.

Peter Bosz et le vestiaire lyonnais, le divorce ?

Pour le journaliste, Peter Bosz a fait un choix radical qui ressemble à un quitte ou double dont il devra assumer les résultats . « Peter Bosz, par rapport à sa philosophie et au jeu qu’il veut mettre en place, pour lui le poste de gardien de but et le jeu au pied c’est capital, mais le problème qu’on peut se poser, c’est si rapport aux qualités de cet entraîneur et au fait qu’il ne se renie jamais, car c’est clair il ne va jamais changer son système et sa manière de faire. Il préférera perdre tous les matchs que changer. Je ne dis pas que c’est un mauvais entraîneur, mais je pose la question : était-ce le bon choix pour l’Olympique Lyonnais ? (...) Ce qu’il s’est passé avec la banderole, quand il dit qu’il est d’accord, je n’ai jamais vu ça. Là, il a perdu son vestiaire », a expliqué Sébastien Tarrago, qui se demande si le technicien arrivé cet été à la place de Rudi Garcia ne touche pas rapidement les limites de l'effectif mis à sa disposition par Jean-Michel Aulas et Juninho.