OL : Gouiri a forcé la main de Lyon pour signer à Nice

OL : Gouiri a forcé la main de Lyon pour signer à Nice

Il y a plus d'un an, Amine Gouiri avait rejoint l'OGC Nice en provenance de l'Olympique Lyonnais, mais à la base l'OL ne voulait pas transférer celui qui a rapporté 7 millions d'euros à son club formateur.

C’est à l’heure où généralement on attaque le repas dominical que l’OGC Nice et l’Olympique Lyonnais s’affronteront, puisque la LFP a programmé à 13 heures le choc entre deux équipes très ambitieuses du championnat de Ligue 1. Devant des tribunes qui seront presque pleines, on assistera à une confrontation entre deux entraîneurs dont le destin a été lié, puisqu’avant de faire signer Peter Bosz, Jean-Michel Aulas et Juninho avaient pensé à Christophe Galtier. Mais après le refus de ce dernier de rejoindre le banc de l’OL, les dirigeants lyonnais s’étaient rués sur le coach néerlandais. Il n’y aura cependant pas que sur la touche que le duel sera présent, puisque sur la pelouse de l’Allianz Riviera, les footballeurs lyonnais croiseront certains de ceux qu’ils ont côtoyés au centre de formation. En effet, Amine Gouiri, et Melvin Bard sont dans le groupe azuréen pour cette rencontre. Il est vrai que l’axe Lyon-Nice a bien fonctionné ces dernières années, puisque Myziane Maolida avait également quitté la capitale des Gaules pour rejoindre le Gym avant de partir cet été à Berlin, tandis que Jeff Reine-Adélaïde a lui été prêté à Nice avant de revenir à Lyon.

Lyon et Nice sont bons amis au mercato

A quelques heures du match Nice-Lyon, Vincent Ponsot, éminence grise de Jean-Michel Aulas et directeur du football de l’Olympique Lyonnais, est notamment revenu sur un transfert qui a fait mal aux supporters de l’OL, celui d’Amine Gouiri. Nombreux sont les fans rhodaniens à se demander comment les dirigeants ont laissé filer un joueur avec un tel potentiel. Dans L’Equipe, Vincent Ponsot s’explique sans détour. « Amine Gouiri, on ne voulait pas le transférer, on voulait le prêter. Mais il n'a pas voulu. À partir de là, il nous oriente sur un club, et si le club fait une offre satisfaisante, on vend. Pour lui pour Maolida on n'a pas eu d'offres meilleures que celle de Nice. Et pour Bard, on a eu quatre offres, mais celle de Nice était de loin la plus importante. Donc c'est vrai qu'il y a une répétition avec Nice, mais c'est parce qu'ils font les meilleures offres et que les joueurs veulent aller là-bas », précise le dirigeant de l’Olympique Lyonnais sur ces opérations récentes avec l’adversaire du jour.