OL : Depay cache la nullité de Lyon, l’aveu brutal

OL : Depay cache la nullité de Lyon, l’aveu brutal

Photo Icon Sport

Dimanche après-midi, l’Olympique Lyonnais s’en est remis au talent de Memphis Depay afin de s’imposer sur la pelouse du Racing Club de Strasbourg (2-3).

Auteur de trois passes décisives, l’international néerlandais a livré une prestation remarquable en Alsace. Ce n’est pas le cas de tous ses coéquipiers, dont certains ont cruellement souffert, notamment en seconde période. Interrogé sur la prestation de l’OL face à Strasbourg sur l’antenne de La Chaîne L’Equipe, Pierre Maturana n’a pas pris de gants pour expliquer que Memphis Depay cachait à lui tout seul la misère du reste de l’effectif lyonnais. Un constat qui risque de ne pas faire plaisir à tout le monde dans la capitale des Gaules, mais qui est implacable selon le journaliste de So Foot.

« Memphis Depay n’a pas attendu ce match-là contre Strasbourg pour lancer sa saison. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’a pas eu de coup d’arrêt, ce qu’on aurait pu craindre après son faux transfert à Barcelone. Depay reste le meilleur joueur de Lyon et de très très loin. Je ne suis pas hyper convaincu par le jeu de Lyon, mais lui, il fait des choses extraordinaires pour mettre cette équipe à niveau. Il prend le ballon, il le ramène haut. Techniquement, il fait tout. Sur ce match, il fait trois passes décisives et il rate à un but à trois centimètres de la ligne. Lyon s’est fait peur. Mais Memphis est largement au-dessus. Lui et Aouar sont très au-dessus du reste des joueurs. Ce qui est impressionnant chez Depay, c’est l’implication et la volonté qu’il met dans tous ses gestes. Il a longtemps été blessé, mais là, il est quasiment revenu à son meilleur niveau » a fait remarquer Pierre Maturana dans des propos rapportés par FootRadio.com. Reste maintenant à voir si l’OL sera toujours autant Memphis-dépendant dans les semaines à venir, ou si le club gaulois parviendra à trouver un fond de jeu lui permettant de briller même lorsque le Néerlandais sera dans un jour sans.