Lyon : Aulas avait raison, cet expert plaide coupable !

Lyon : Aulas avait raison, cet expert plaide coupable !

Un an après l'arrêt brutal de la saison de Ligue 1, un expert avoue que Jean-Michel Aulas avait raison concernant l'impact économique violent pour les clubs et que lui s'était lourdement trompé.

Impossible de réécrire l’histoire de la saison de Ligue 1 2019-2020, mais c’est une évidence, Jean-Michel Aulas avait vu juste lorsqu’il avait annoncé que les clubs français allaient lourdement être impactés par cette décision imposée par la Ligue de Football Professionnel et les instances politiques. Bien évidemment, le patron de l’Olympique Lyonnais plaidait d’abord la cause de son équipe, l’OL étant privé des places européennes alors que la formation de Garcia revenait comme une fusée sur les équipes de tête avant cet arrêt. Mais c'est vrai, l’an dernier, lorsque Jean-Michel Aulas avait annoncé un avenir funeste, nombreux sont ceux qui s’étaient moqués du boss lyonnais. Economiste et spécialiste du football, Pierre Rondeau, que l’on entend souvent sur RMC et BFM, avait ironisé sur l’analyse d’Aulas. 

Un an plus tard, l’expert admet son erreur, sur le site Olympique-et-Lyonnais, et reconnaît que le président de l’Olympique Lyonnais avait bien senti la catastrophe. « J’évoque également l’étude que j’avais pu faire pour l’UNFP qui mettait à mal les propos de Jean-Michel Aulas sur le coût économique de la fin de saison. Le président de l’OL souhaitait reprendre le championnat. Dans cette étude, j’avais chiffré à l’époque que cet arrêt ne risquait pas de mettre en péril les finances des clubs. Dans ce livre, je fais amende honorable car je m’étais trompé. Mes paramètres étaient faux car ils incluaient les droits TV de Mediapro. Il aurait peut-être fallu prendre une autre décision à ce moment-là », avoue avec modestie Pierre Rondeau. Jean-Michel Aulas appréciera ce mea culpa, même si forcément le président de l’Olympique Lyonnais n’a toujours pas digéré les événements de 2020. Les prochains passages des clubs de Ligue 1 devant la DNCG devraient hélas confirmer que la situation de certaines équipes est critique.