Ballon d'or féminin : L'OL crie au scandale

Ballon d'or féminin : L'OL crie au scandale

Icon Sport

Si le sacre de Karim Benzema au ballon d'or a fait plus d'un heureux à l'OL, ce fut loin d'être le cas pour l'équivalent féminin du titre. Malgré leur ligue des champions remportée, les Lyonnaises n'ont pas joué la gagne. Pire, aucune d'elles ne figure dans le top 5 !

Pour la quatrième fois, le ballon d'or a eu sa gagnante. Comme en 2021, l'Espagnole du FC Barcelone Alexia Putellas a remporté le graal. Son talent est indéniable mais son palmarès n'est pas aussi solide que l'année précédente. En effet, alors qu'elle avait remporté la Ligue des champions féminine en 2020-2021, elle a échoué en finale lors de la dernière édition. Un revers 3-1 aux dépens de l'OL, victorieux pour la huitième fois de son histoire. Ce match n'a finalement pas impacté la décision finale, un soulagement pour Putellas mais un grand sentiment d'amertume pour les Fenottes.

L'OL n'est pas respecté en Europe, il faut que cela change !

Malgré leur triomphe européen et le titre de championnes de France, les Lyonnaises n'apparaissent pas aux avant-postes du classement du ballon d'or. Sur les cinq nominées (Ada Hegerberg, Wendie Renard, Catarina Macario, Christiane Endler et Selma Bacha), aucune ne figure sur le podium et même dans le top 5. Hegerberg est la mieux classée avec une septième place. Un scénario qui n'a pas manqué de frustrer la capitaine de l'OL Wendie Renard, à la veille du début de la Ligue des champions 2022-2023 face à Arsenal. 

« Il y a de l’incompréhension, même pour le trophée de joueuse de l’année il n’y avait pas une seule Lyonnaise alors qu’on a fait une très bonne saison. Nous ne sommes pas décisionnaires, je subis personnellement comme le reste de mes coéquipières », a-t-elle indiqué en conférence de presse d'avant-match. Sa coach, Sonia Bompastor a tenté de trouver une explication et pointe du doigt le manque de médiatisation de son OL. « Quand on gagne la Ligue des Champions et le championnat, ne pas avoir une Lyonnaise dans les six premières du classement ça interroge. Il faut peut-être changer les mentalités en France. A l’OL, on a un bon fonctionnement mais quand on voit comment fonctionnent les autres clubs, ils sélectionnent une joueuse et font du lobbying autour d’une seule joueuse. Nous on a beaucoup de bonnes joueuses, c’est ce qui fait aujourd’hui la différence », a-t-elle expliqué. Si l'OL féminin est le meilleur club européen en terme de palmarès, il reste du travail pour en faire une institution incontestée en terme d'image comme le Real Madrid chez les hommes.