Aulas, Ponsot, Cheyrou, l'OL ne change rien !

Aulas, Ponsot, Cheyrou, l'OL ne change rien !

Icon Sport

Présent ce week-end à Lyon, John Textor a eu l'occasion de rencontrer son entraîneur et ses joueurs avant le match contre Strasbourg. Mais le propriétaire américain laisse à Jean-Michel Aulas le soin de tout gérer au quotidien.

Pour la première fois depuis qu’il a racheté l’Olympique Lyonnais, John Textor va passer quelques jours dans la capitale des Gaules. Vendredi, le nouveau boss de l’OL a déjeuné avec Laurent Blanc, puis a assisté à l’entraînement avec Jean-Michel Aulas, avant ensuite de rencontrer les joueurs. Et ce samedi, l’homme d’affaires américain assistera dans les tribunes du Groupama Stadium au match de Ligue 1 entre son équipe et Strasbourg. Bien évidemment, il serait mieux pour tout le monde que cette rencontre se termine bien pour Lyon, dont la prestation mercredi à Nantes a été insipide. Mais, quoi qu’il en soit, et contrairement à ce qu’attendent les supporters, il n’y aura pas de révolution dès ce mois de janvier à l’OL. Le mercato sera toujours géré à « l’ancienne » et ce seront les mêmes décideurs qui seront aux commandes, à savoir le trio Aulas-Ponsot-Cheyrou. Se confiant dans L’Equipe, Jean-Michel Aulas a précisé que John Textor n’interviendra que lorsque financièrement il y aura un choix important à faire.

L'OL ne fera pas encore sa révolution

Se confiant à Vincent Duluc, l’ancien propriétaire, mais toujours président, de l’Olympique Lyonnais a clarifié les choses en matière de fonctionnement. « On a élaboré ensemble certaines limites. Je décide pour 95 % de l'opérationnel et, pour les 5 %, c'est du dialogue, de l'entente, en procédant comme je l'avais fait à Cegid, après la vente de mon entreprise, sur la base de budgets et d'engagements décidés en amont. Le reste, c'est seulement si on dérape dans les résultats ou si on dépasse le niveau d'engagement décidé. En six mois de négociations, j'ai appris à connaître John, qui est quelqu'un de bien, de passionné, et qui veut déléguer l'aspect opérationnel de la gestion. Mais on le consultait déjà pendant les négociations, au moment du changement d'entraîneur, ce qui était normal, de même que Vincent Ponsot l'a eu à plusieurs reprises au téléphone sur le dossier Dejan Lovren. Si les 5 % qui restent, c'est en fonction d'un seuil financier ? Oui, notamment. Pour un transfert d'environ 10 millions d’euros, par exemple, ou une évolution de notre participation à l'Asvel ou à OL Reign, nous demanderons l'accord », précise Jean-Michel Aulas, qui ne va pas vraiment rassurer les supporters de l'OL en annonçant cela.