FCN : Kombouaré se prépare au pillage de son effectif

FCN : Kombouaré se prépare au pillage de son effectif

Dans la dernière ligne droite du marché des transferts, le FC Nantes risque de se montrer actif dans le sens des départs. Des joueurs importants comme l’attaquant Randal Kolo Muani pourraient partir. Un coup dur auquel l’entraîneur Antoine Kombouaré se prépare.

La fin de mercato s’annonce agitée du côté du FC Nantes, mais seulement dans le sens des départs. Plusieurs indésirables devraient emprunter la sortie, à commencer par l’ancien capitaine Abdoulaye Touré. Mis à l’écart du groupe, le milieu de terrain ferait l’objet de discussions avancées pour un transfert au Genoa contre 1,5 M€. Il ne manquerait plus que l’accord du joueur, ajoute le média régional Ouest-France. Quant à l’ailier Kader Bamba, lui aussi écarté, des offres de prêt en provenance de Troyes et de clubs de Ligue 2 (notamment Caen et Guingamp) sont arrivées.

Les adieux de Kolo Muani ?

Bien sûr, ces opérations ne suffiront pas pour rééquilibrer les comptes du FC Nantes. C’est pourquoi le président Waldemar Kita ouvre la porte au départ de Randal Kolo Muani, à condition de récupérer 10 M€ pour sa dernière année de contrat. On est loin de la nouvelle offre de Francfort estimée entre 2 et 5 M€. Et pourtant, l’attaquant français semblait faire ses adieux au public de la Beaujoire avec un tour d’honneur et un jet de maillot après la défaite contre l’Olympique Lyonnais (1-0) vendredi. Ce n’est évidemment pas une bonne nouvelle pour Antoine Kombouaré. Mais l’entraîneur des Canaris se montre compréhensif.

« Je suis prêt à accepter tout ce qu'il peut se passer d'ici à la fin de ce mercato, a réagi le technicien. Je suis lucide. Si, demain, on doit faire partir un joueur car il faut des rentrées d'argent, je peux l'entendre. Il y a une crise, hein, à part pour certains clubs. Si j'ai fait des demandes aux dirigeants ? Non. Le groupe à ma disposition me va très, très bien. Je suis prêt à partir avec cet effectif-là. On a un groupe homogène, avec tout ce qu'il faut pour faire une bonne saison et ne pas se faire peur comme l'année dernière. » Le discours pourrait bien changer d’ici mardi soir.